Ecoutez Radio Sputnik
    Une station-service

    Au plus haut depuis deux ans, le pétrole dépasse les 60 USD

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    Economie
    URL courte
    0 40

    Après une longue période de stagnation, le prix du Brent évolue au-dessus des 60 dollars depuis la fin du mois d’octobre. La tendance à la hausse se confirme, mais sera-t-elle durable?

    Ces derniers jours, le prix du baril de Brent de la mer Noire est en hausse après deux ans de baisse. Fin octobre, il a franchi la barre symbolique des 60 dollars pour la première fois depuis juin 2015.

    Selon des experts, cette revalorisation sensible des prix s’explique surtout par l’anticipation de prolongation de l’accord de limitation de la production conclu entre les membres et les non-membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Lors de la prochaine réunion de l’OPEP programmée pour le 30 novembre,  cet accord, qui expire en mars 2018, devrait être reconduit pour une période d’un an.

    La Russie et l’Arabie saoudite ont déjà exprimé leur soutien à cette initiative lors de la première visite du roi Salmane ben Abdelaziz Al Saoud à Moscou en septembre dernier.

    Les prix du brut grimpent aussi en raison d’une baisse de la production en Irak, le deuxième plus grand exportateur de l’OPEP. D’après Bloomberg, le débit du pipeline qui exporte le pétrole irakien via la Turquie a diminué de 120.000 barils par jour le mois dernier après le référendum d’indépendance du 25 septembre au Kurdistan

    L’adoption éventuelle de sanctions américaines contre l’Iran, évoquée par le Président Donald Trump, alimente aussi la reprise des prix du pétrole.

    Alors que la production d’or noir est sous pression, la demande s'avère beaucoup plus importante que prévu.

    «Elle devrait s'inscrire en hausse de 1,7 à 1,8 million de barils par jour sur l'ensemble de 2017, nettement plus que le 1,2 million prévu en début d'année», estime Alexandre Andlauer, analyste chez AlphaValue, cité par Les Échos.

    Toutefois, cette tendance à la hausse commencerait à atteindre ses limites.

    À 60 dollars le baril de Brent, la production devient de plus en plus rentable pour le pétrole et le gaz de schiste aux États-Unis. La reprise d’exploitation des gisements américains fermés lors de la vague de baisse des prix, peut ainsi peser sur les cours.

    De plus, le prolongement d’un an de l’accord limitant la production de pétrole pourrait s’avérer trop onéreux pour certains pays membres de l’OPEP et pour la Russie.

    «L'accord risque d'être moins bien respecté, notamment au second semestre de l'année prochaine», estime Harry Tchilinguirian, de BNP Paribas, cité par Les Échos.

    Lire aussi:

    Tensions à Paris après la victoire de l'Algérie, les forces de l'ordre utilisent des gaz lacrymogènes
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Engloutie par les flammes, la station spatiale chinoise quitte son orbite – vidéo
    Tags:
    Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, marché pétrolier, prix, pétrole, Brent, BNP Paribas, AlphaValue, Les Echos, Bloomberg, OPEP, Harry Tchilinguirian, Alexandre Andlauer, Kurdistan irakien, Irak, États-Unis, Russie, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik