Ecoutez Radio Sputnik
    Crypto-monnaie le Bitcoin

    Le Bitcoin, un «don de Dieu» pour aider l’humanité à corriger ses erreurs?

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Economie
    URL courte
    5713

    Le marché des crypto-monnaie est en plein envol. M.Keiser, analyste financier et fondateur du fond d’investissement Karmabanque, voit dans le Bitcoin, la plus célèbre crypto-monnaie utilisée, la solution idéale et fustige sa concurrente le Bitcoin Cash.

    Certains investisseurs en crypto-monnaie sont en train de transférer leur argent du Bitcoin au Bitcoin Cash, à Ethereum et à d'autres alternatives encore. Max Keiser, un producteur et réalisateur américain, fondateur du fond d'investissement Karmabanque et présentateur de Keiser Report, un programme financier qui présente des théories économiques hétérodoxes diffusé sur RT depuis 2009, a une tout autre idée. Il pense que la valeur du Bitcoin va augmenter jusqu'à 100.000$ par rapport au record actuel de 8000$ et lui prédit un avenir radieux face à toutes ses concurrentes.

    «Le Bitcoin va dominer et mener la crypto-monnaie à l'avenir. Des centaines de nécrologies ont été écrites sur le Bitcoin, aucune ne s'est réalisée et aucune ne le sera. Le fait est que le Bitcoin est un don de Dieu pour aider l'humanité à régler le désordre qu'elle a causé avec son argent», a déclaré M.Keiser sur RT quand on lui a demandé si des pièces alternatives détrôneraient le Bitcoin.

    Cependant, M.Keiser a sévèrement critiqué le Bitcoin Cash, la troisième crypto-monnaie la plus populaire, en accusant ses inventeurs de plagiat et déclarant que ceux qui utilisent le nom du Bitcoin original le font uniquement pour gagner de l'argent, sans intention d'investissement réel.

    «Le Bitcoin Cash est une pièce de monnaie alternative qui a ses fans comme beaucoup de pièces de rechange. Je ne pense pas que quiconque utilise le nom de Bitcoin et l'applique à une pièce de monnaie alternative comme le Bitcoin Cash, adhère à des pratiques commerciales acceptables. En d'autres termes, la marque de Bitcoin est volée par un concurrent qui s'appelle Bitcoin Cash, et c'est une pure fraude à mon avis, tout comme il est frauduleux d'utiliser Coca-Cola ou le nom de Nike pour vendre des boissons gazeuses ou des chaussures », a-t-il noté.

    M.Keiser suggère que le Bitcoin n'est pas un actif hyper-inflationniste, tandis que le dollar américain l'est.

    «Le Bitcoin a été hyper-déflationniste. La quantité de Bitcoin diminue continuellement jusqu'à ce qu'il n'y ait plus. Je peux acheter dix fois plus de Lamborghini cette année que l'année dernière avec la même quantité de Bitcoin. Le dollar américain est un actif inflationniste. Il y en a des milliards de plus chaque année. Le montant dont j'ai besoin pour acheter une Lamborghini continue à monter, pas à baisser. C'est de la poubelle», a-t-il affirmé.

    Bitcoin
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Inventé en 2009, le bitcoin est la plus importante monnaie électronique décentralisée. Son créateur répond au pseudonyme Satoshi Nakamoto. Le premier échange d'une marchandise réelle contre des Bitcoins a été enregistré en 2010. Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l'ensemble des nœuds du réseau. Début septembre, le coût du bitcoin a commencé à diminuer sur fond de l'interdiction des cryptobourses en Chine. Après avoir atteint la barre des 4.900 dollars, la monnaie a entamé une dynamique négative pendant deux semaines. Descendue jusqu'à 3.100 dollars, la monnaie a commencé à reconquérir des positions. Le mercredi 1er novembre, le taux de bitcoin a atteint un record historique de 6.500 dollars.En outre, de nombreux experts prédisent que le bitcoin dépassera la barre de 10.000 dollars cette année.

    Lire aussi:

    4.000 dollars, nouveau record pour le bitcoin
    Le Bitcoin, la cryptomonnaie dont les avantages sont assortis à des menaces
    Investissement dans le bitcoin? Trop risqué selon le cofondateur de Bitcoin.com
    Tags:
    cryptomonnaie, Bitcoin, Max Keiser, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik