Ecoutez Radio Sputnik
    Bitcoin

    Une saisie de bitcoins fait la fortune de l'État bulgare

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Economie
    URL courte
    4192
    S'abonner

    La saisie opportune de bitcoins aux membres d'un groupe criminel a fait gagner au budget bulgare près de 2,3 milliards de dollars grâce à la saisie de Bitcoins aux membres d'un groupe criminel à un bon moment.

    Le gouvernement bulgare a réussi un beau coup financier après avoir saisi en mai 2017 environ 200.000 bitcoins lors du démantèlement d'un réseau criminel qui se livrait à des fraudes douanières en utilisant un virus qui permettait de ne pas payer de taxes.

    À l'époque, un bitcoin valait un peu plus de 2.000 dollars, et le volume saisi aux criminels équivalait à près de 500 millions de dollars. Or, l'incroyable évolution du taux de la crypto-monnaie a fait gonfler le montant des bitcoins saisis. Il s'établit désormais à 2,8 milliards de dollars, soit près de 2,4 mds EUR.

    Bitcoin cryptocurrency
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    On ignore pour le moment si les autorités bulgares sont en mesure d'utiliser la crypto-monnaie confisquée. Fin novembre, le gouvernement a refusé de divulguer les détails de ce dossier, invoquant le fait que l'enquête criminelle était toujours en cours.

    Selon un rédacteur du site Coindesk spécialisé dans l'actualité des crypto-monnaies, les bitcoins saisis suffiraient théoriquement à couvrir près de 20% de la dette publique bulgare.

    Lire aussi:

    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Un important incendie embrase le porte-avions russe Amiral Kouznetsov, des blessés, dont des militaires - vidéos
    La plus riche société du monde soupçonnée de vouloir profiter des retraites des Français
    Des affrontements à Nantes en marge de la manifestation contre la réforme des retraites - vidéo
    Tags:
    dette publique, cryptomonnaie, saisie, bitcoin, Bulgarie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik