Economie
URL courte
11182
S'abonner

Des sociétés françaises sont intéressées à prendre part à la réalisation du projet de LGV (ligne à grande vitesse)«Eurasie» entre l’Europe et la Chine, selon le premier vice-PDG de la Compagnie des chemins de fer russes (RZD) Alexander Micharine.

Des entreprises françaises sont intéressées par la participation au projet de LGV intercontinentale «Eurasie», a annoncé à des journalistes le premier vice-PDG de la Compagnie des chemins de fer russes (RZD) Alexander Micharine.

«Des Français se sont beaucoup intéressés par le projet «Eurasie». La SNCF et nous en discutons», a-t-il déclaré.

Selon M. Micharine, à l'heure actuelle la partie française s'intéresse seulement à la participation dans le domaine technologique. Il a ajouté qu'en France, il y avait déjà une LGV en direction de la frontière avec l'Allemagne, quand «Eurasie» prévoyait itinéraire entre l'Allemagne et la Chine.

En ce moment, les parties russe et française coopèrent dans certaines branches du domaine ferroviaire, y compris dans la logistique, dans le transport des voyageurs et dans l'échange technologique.

La LGV «Eurasie» est un projet pour transporter des voyageurs et des cargaisons dans le cadre de la nouvelle route de la soie, un couloir de transport entre l'Europe et la Chine. Sa distance serait de plus de neuf mille kilomètres, dont 2.366 traverseraient la Russie. Selon RZD, le trajet ne durerait qu'entre deux et cinq jours.

Lire aussi:

Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
Un pont s'effondre en Italie au moment du passage d'une camionnette - vidéo
Tags:
projet, entreprise, transports, trains à grande vitesse, chemin de fer, Nouvelle route de la soie, SNCF, Chemins de fer de Russie (RZD), Eurasie, Europe, Allemagne, France, Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook