Ecoutez Radio Sputnik
    le vin

    Les vignerons italiens établissent un record grâce aux Russes

    © AP Photo / Alexander Zemlianichenko
    Economie
    URL courte
    7360

    Malgré des prévisions pessimistes, les vignerons italiens ont réussi à augmenter l’exportation de leur production, en premier lieu, grâce aux consommateurs russes.

    L'exportation du vin italien a atteint un niveau record en 2017, grâce à la Russie, annonce le quotidien italien La Stampa.

    L'année dernière, les vignerons italiens ont exporté pour près de six milliards d'euros, augmentant ce chiffre de 7% par rapport à l'année précédente. Ce montant a été atteint grâce au marché russe où les ventes ont augmenté de 47%. Le vin est l'un des seuls produits agricoles européens qui n'avait pas été touché par l'embargo russe imposé en 2014 en réponse aux sanctions antirusses de l'Union européenne.

    Les consommateurs chinois ont aussi sensiblement contribué au succès du vin italien, dont les ventes dans ce pays ont augmenté de 25%. D'autres pays, tels que le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Allemagne ont également soutenu cette dynamique positive, 8%, 6% et 3% respectivement.

    Auparavant, l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) avait prévu que l'année 2017 pouvait devenir la pire pour la branche depuis 56 ans, la production aurait dû diminuer de 8%. Selon les experts, la raison de cette prévision pessimiste avait été les conditions climatiques dans les pays clés producteurs de vin, notamment la France, l'Espagne et l'Italie.

    Lire aussi:

    Guerre du vin entre la France et l’Italie: Paris battu par Rome en Russie
    Le marché chinois du vin peut devenir le deuxième du monde d'ici 2020
    Vins français vs vins italiens: les préférences des Russes révélées
    Tags:
    économie, alcool, marché, exportations, vin, Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), Royaume-Uni, Chine, États-Unis, Espagne, Allemagne, France, Russie, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik