Ecoutez Radio Sputnik
    Gaz russe

    Gaz russe pour l'Europe: un nouveau record battu en 2017

    © Photo. Gazprom
    Economie
    URL courte
    6412

    En dépit de nombreuses difficultés, la Russie a établi en 2017 un nouveau record d'exportations de son gaz naturel à destination des pays européens.

    En 2017, le géant gazier russe Gazprom a augmenté ses exportations vers l'Europe pour atteindre un niveau record de 193 milliards de mètres cubes, soit une hausse de 8,1% par rapport à l'année précédente, écrit le Financial Times.

    Selon le journal britannique, le gaz russe jouit toujours d'une popularité considérable en Europe en dépit des tentatives entreprises par certains membres de l'UE en vue de «réduire leur dépendance énergétique» vis-à-vis de Moscou.

    Le quotidien constate que Gazprom fournit au total environ 40% du gaz naturel consommé par les pays européens. Cependant, le groupe a récemment dû baisser les prix du combustible bleu afin de maintenir ses parts de marché.

    Le journal évoque les efforts déployés par divers pays européens en vue de devenir moins dépendants envers les livraisons de gaz russe. Ainsi, la Pologne, la Lituanie et d'autres pays sont en train de construire des terminaux pour stocker du gaz naturel liquéfié (GNL) afin d'augmenter leurs importations en provenance des États-Unis et du Qatar.

    En outre, certains membres de l'UE tentent de bloquer les projets énergétiques de Gazprom, dont le gazoduc Nord Stream 2. Néanmoins, ces difficultés n'empêchent pas le groupe russe d'enregistrer des exportations record vers l'Europe pour la deuxième année consécutive, souligne le quotidien.

    Lire aussi:

    Concurrence loyale dans le gazier entre Moscou et Washington, qui sortira gagnant?
    Gaz russe: quels avantages pour l’Europe?
    Malgré les tensions politiques, Gazprom est certain de maintenir sa position en Europe
    Tags:
    exportations, gaz naturel liquéfié (GNL), livraisons, gaz, Nord Stream 2, Gazprom, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik