Economie
URL courte
13122
S'abonner

Le bitcoin pourrait exister une centaine d’années, mais il est plus susceptible de «s’effondrer totalement», selon le prix Nobel Robert Shiller.

Dans une interview accordée à CNBC, le prix Nobel d'économie Robert Shiller a confié que le bitcoin lui rappelait la tulipomanie et que la cryptomonnaie pourrait s'effondrer totalement.

Selon lui, le bitcoin n'a aucune valeur à moins qu'il n'y ait un consensus acceptant l'idée qu'il ait de la valeur.

«D'autres choses, comme l'or, ont au moins une certaine valeur même si les gens ne les considèrent pas comme un investissement », a-t-il déclaré à CNBC.

«Cela me rappelle la tulipomanie en Hollande dans les années 1640… Le bitcoin pourrait totalement s'effondrer et être oublié et je pense que c'est une possibilité hautement probable, mais ça pourrait durer longtemps, même 100 ans», estime Robert Shiller.

La tulipomanie est le nom donné à l'engouement pour les tulipes en Hollande en 1636 et 1637 qui a entraîné une augmentation démesurée des cours de l'oignon de tulipe, puis son effondrement, provoquant une crise économique.

En décembre 2017, le bitcoin avait une valeur de 20.000 dollars et la capitalisation totale de la cryptomonnaie a dépassé 330 milliards. En janvier, son prix a dégringolé jusqu'à 11.000 dollars.

En 2013, Robert Shiller a reçu le prix Nobel d'économie pour sa «contribution à l'analyse empirique de l'évaluation des actifs». Son livre Exubérance irrationnelle, consacré à la nature des bulles économiques, lui a apporté une large notoriété.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
bulle, effondrement, bitcoin, Robert Shiller
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook