Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux russe, français et de l'UE

    Les pays européens évaluent leurs pertes provoquées par les sanctions antirusses

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    Economie
    URL courte
    23692

    Le chef du Comité oriental de l’économie allemande a déploré les pertes pour l’économie de l’UE suite aux sanctions antirusses. Beaucoup de pays européens, dont l’Allemagne et la France, sont les grands perdants de cette «guerre de sanctions».

    Le chef du Comité oriental de l'économie allemande, Wolfgang Buchele, a déclaré mardi que le montant des pertes provoquées par les sanctions imposées à la Russie en 2014 et par les mesures russes de riposte s'élève à 100 milliards d'euros.

    «Selon la recherche de l'institut de Kiel, les pertes provoquées par les sanctions économiques réciproques introduites en 2014 excèdent désormais 100 milliards d'euro. La Russie subit 60 % de ses pertes, tandis que l'économie de l'UE 40%», a-t-il expliqué.

    Selon lui, «la crise dont la responsabilité incombe aux hommes politiques» coûte beaucoup à l'économie européenne. M.Buchele estime que cette crise ne peut être résolue que par des moyens diplomatiques.

    Auparavant, le député du parti Alternative pour l'Allemagne, Markus Frohnmaier, avait déclaré que les sanctions contre la Russie s'étaient traduites par la perte de 42.000 emplois en Allemagne.

    Les autres pays européens ont payé également le prix fort pour ces mesures restrictives. Les échanges commerciaux franco-russes se sont réduits de 4,1%. Ce sont les agriculteurs français qui ont subi le coût le plus dur, ayant perdu leur part de marché sur la Russie. Avant l'introduction de l'embargo alimentaire la France était le neuvième fournisseur de produits agricoles en Russie. Désormais, elle occupe la 12e place.

    Lire aussi:

    Quel est le pays européen le plus frappé par les sanctions antirusses?
    L'économie allemande perd des milliards d'euros à cause des sanctions antirusses
    Sanctions antirusses: l'Allemagne aurait perdu plus de 60.000 emplois
    Tags:
    sanctions antirusses, économie, Union européenne (UE), France, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik