Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine reçoit des membres du Conseil économique de la CCIFR

    Réunion de Poutine et du business français: quel message a été délivré?

    © Sputnik . Alexeï Nikolsky
    Economie
    URL courte
    11352

    Le président de la filiale russe d’Alstom, Philippe Pégorier, a commenté pour Sputnik la récente réunion de Vladimir Poutine et de représentants des milieux d’affaires français et a élucidé les raisons du recul de l’Hexagone au 5e rang des partenaires commerciaux européens de la Russie, et ce malgré une croissance du volume d’échanges.

    Les sanctions et les contre-sanctions décrétées en 2014 ne restant pas sans effets pour les hommes d’affaires européens installés en Russie, dont les Français, la réception des membres du Comité économique de la Chambre de Commerce et d’Industrie franco-russe (CCIFR) par Vladimir Poutine et le message que ce dernier leur a adressé sont des démarches importantes qui ont pour objectif de maintenir et de renforcer davantage l’intérêt des entreprises françaises envers la Russie, a indiqué  dans un commentaire donné à Sputnik Philippe Pégorier, président d’Alstom Russie et membre du Conseil d’administration de l’AEB (Association of European Business).

    Pour rappel, le Président russe a souligné mercredi soir que la France restait un des partenaires européens essentiels de la Russie et a émis le souhait que de nouveaux contrats tant commerciaux que d’investissement avec des entreprises françaises soient conclus lors du prochain Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF-2018) où, il convient de le rappeler, la délégation française sera conduite par Emmanuel Macron.

    À la question de savoir ce que les milieux d’affaires français devaient attendre de la présence du Président de la République à ce forum annuel, M.Pégorier a répondu: «Ce sont des signaux favorables qui sont transmis tant aux milieux d’affaires français qu’aux milieux d’affaires russes en faveur des Français».

    Il a toutefois souligné qu’il ne fallait pas oublier que la logique des affaires ne coïncidait pas toujours avec celle de la politique, mais que cette réalité ne devait pas être un frein à la signature de contrats et d’accords commerciaux.

    La France devancée par l'Italie et la Pologne?

    S’entretenant avec des représentants des milieux des affaires français, le Président russe a en outre mentionné qu’à l’issue des onze premiers mois de l’année 2017, les échanges commerciaux entre les deux pays avaient augmenté de 15% par rapport à l'année précédente. Pourtant, selon le Service Fédéral des Douanes, l'Hexagone a, en 2017, reculé sur la liste des partenaires commerciaux européens de la Russie, se classant derrière l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Italie et la Pologne.

    Philippe Pégorier explique ces résultats par deux facteurs. Outre les sanctions et les contre-sanctions, il mentionne le phénomène de la localisation de la production par des entreprises françaises, ce qui faisait qu’elles exportaient moins.

    «Les grandes sociétés françaises, notamment Alstom, mais aussi Danone, Renault et PSA – on est nombreux — localisent de plus en plus leur production pour répondre aux attentes notamment des autorités russes et du ministère de l’Industrie et du Commerce. Donc, la localisation fait certainement partie de l’explication», a-t-il indiqué, tenant à souligner que les investissements n’avaient point baissé, bien au contraire.

    Lire aussi:

    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik