Economie
URL courte
18331
S'abonner

La chute du marché boursier américain a infligé des pertes estimées à plus de 110 milliards de dollars aux 500 personnes les plus riches du monde.

dollars
© Sputnik . Mikhail Kutuzov
Les 500 personnes les plus riches du monde ont perdu au total 114 milliards de dollars (91,6 mds EUR) en raison de la récente chute du marché boursier américain, selon l'indice Bloomberg Billionaires Index.

La veille, les principaux indices boursiers US ont reculé de 3,8-4,6% sur fond de craintes concernant le rendement des obligations américaines et l'éventuelle hausse des taux de la Fed. L'indice Dow Jones a perdu 1175 points en une journée, affichant ainsi une baisse record de son histoire.

C'est le chef du groupe d'investissement Berkshire Hathaway Warren Buffett qui a été le plus durement touché par la dégringolade des bourses américaines, sa fortune s'étant contractée de 5,1 milliards de dollars. Le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg a quant à lui perdu 3,6 milliards de dollars, alors que l'homme le plus riche du monde, le fondateur d'Amazon Jeff Bezos, a encaissé 3,3 mds USD de pertes.

Les cofondateurs de Google Larry Page et Sergey Brin ont pour leur part perdu 2,3 mds USD, et le fondateur de Microsoft Bill Gates 2,25 mds USD.

Ce drame boursier n'a pour autant pas modifié le top-5 de la liste des personnes les plus riches du monde, précise Bloomberg. Jeff Bezos continue de dominer le classement, suivi par Bill Gates, Warren Buffett, Mark Zuckerberg et le propriétaire de la marque Zara Amancio Ortega.

Lire aussi:

Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Macron déplorerait la «connerie» de Griveaux et son «improbable carrière de cinéaste»
Alexandra de Taddeo explique pourquoi elle avait conservé les vidéos X envoyées par Griveaux
Au Cameroun, les mangeurs de chats et de chiens n’en démordent pas…
Tags:
fortunes, bourse, Jeff Bezos, Amancio Ortega, Warren Buffett, Mark Zuckerberg, Bill Gates
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook