Ecoutez Radio Sputnik
    Gerhard Schröder

    Schröder sait pourquoi les Américains s’opposent au Nord Stream 2

    © REUTERS / Morris Mac Matzen
    Economie
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (186)
    14752
    S'abonner

    Le gazoduc Nord Stream 2 est économiquement avantageux pour l'Union européenne et l'attitude réservée au sujet de ce projet est due à la politique étrangère, destructrice pour l'Europe, mise en œuvre par les États-Unis, a déclaré l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder à Deutsche Welle.

    Gerhard Schröder, qui préside depuis plusieurs années le comité d'actionnaires du projet Nord Stream, se fait l'avocat de la seconde partie du projet auprès des dirigeants européens. Il estime que la collaboration avec la Russie dans le secteur énergétique est très avantageuse et que les appréhensions des pays de l'Europe orientale sont infondées.

    L'ex-chancelier allemand a donné un commentaire sur le sujet et a expliqué pourquoi Washington s'opposait à la construction de la nouvelle conduite, celle du Nord Stream 2, dans une interview à Deutsche Welle.

    «Nous avons besoin de ce gaz. C'est le moins cher de tout ce qu'il peut y avoir et chacun qui s'occupe d'énergie le sait», a-t-il affirmé.

    Il estime absurdes et infondées les suppositions selon lesquelles la Russie et l'Allemagne en réaliseraient la construction au détriment d'autres pays, d'une part, et de la sécurité énergétique de l'UE, de l'autre.

    «Bien sûr, il existe des appréhensions historiquement fondées dans les pays baltes et en Pologne, mais il ne faut sans doute pas se laisser guider par elles. Vu que ces pays sont membres de l'Otan et de l'Union européenne, ils se voient garantir la sécurité nécessaire», a expliqué Gerhard Schröder. La construction du nouveau gazoduc n'a aucun rapport avec la géopolitique, a-t-il indiqué.

    «C'est un projet économique. Tout simplement parce que six grandes sociétés énergétiques ont uni leurs efforts afin d'investir des milliards. Ce sont ces sociétés qui assument les risques et personne d'autre.»

    Gerhard Schröder a vivement critiqué la politique étrangère des États-Unis qui, selon lui, porte préjudice à l'Union européenne.

    «Ce qui se passe actuellement [au sujet du Nord Stream 2, ndlr] se situe sur le plan politique et est dicté par l'Amérique. Pourquoi nos livraisons de gaz seront frappées ou pourraient l'être par des sanctions? Rien que parce que les Américains veulent exporter leur gaz de schiste».

    Or, ce gaz sera bien plus cher que celui de Sibérie, a-t-il ajouté.

    Après avoir démissionné de son poste de chancelier fédéral, Gerhard Schröder a pris la tête du comité d'actionnaires de Nord Stream. Il prône une alliance énergétique avec la Russie, notamment pour des raisons politiques.

    «Notre propre histoire nous enseigne que tout allait bien quand l'Europe vivait dans la coexistence pacifique. Et quand les relations en Europe, surtout entre l'Allemagne et la Russie, étaient mauvaises, tout allait mal. L'Allemagne avait intérêt à ce que se matérialise le principe de transformation par le biais du commerce», a-t-il noté.

    En ce qui concerne les sanctions antirusses, elles nuisent avant tout à l'Allemagne et ce fait est confirmé par les institutions financières, a poursuivi Gerhard Schröder.

    «Je voudrais donner un conseil au gouvernement suivant, peu importe sa composition: tout est devenu beaucoup plus compliqué. Par conséquent, il faut miser non sur la confrontation, mais sur la coopération, surtout avec notre plus grand voisin oriental», a-t-il fait remarquer pour conclure.

    Le 31 janvier dernier, l'opérateur du projet Nord Stream 2 a obtenu des autorités allemandes l'autorisation officielle de poser un tronçon du gazoduc d'une longueur de 55 kilomètres dans les eaux territoriales de la République Fédérale, selon un communiqué publié sur le site de la société Nord Stream-2 AG.

    Le projet Nord Stream 2, d'un coût de 9,5 milliards d'euros, prévoit la construction de deux conduites, depuis le littoral russe jusqu'à l'Allemagne en passant par le fond de la Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an et il sera posé non loin du Nord Stream. Le tronçon maritime passera par les zones économiques exclusives et les eaux territoriales de la Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de l'Allemagne.

    Plusieurs pays s'opposent farouchement à la construction de cette conduite, notamment l'Ukraine et les États-Unis. Kiev redoute de perdre les recettes qu'elle tire du transit de gaz russe, tandis que Washington espère exporter son gaz en Europe.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (186)
    Tags:
    sanctions antirusses, gaz de schiste, sanctions, sécurité énergétique, secteur énergétique, gazoduc, gaz, Deutsche Welle, Union européenne (UE), OTAN, Nord Stream 2 AG, Nord Stream AG, Gerhard Schröder, Europe, Washington, Ukraine, Kiev, Sibérie, États-Unis, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik