Economie
URL courte
16924
S'abonner

Donald Trump a proposé à l’Europe de lever les barrières sur les produits américains pour obtenir en échange la levée des nouvelles taxes sur les importations d'acier et d'aluminium qui préoccupent beaucoup le monde entier.

Le Président américain a cité la condition de la levée des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, en proposant à l'UE de renoncer à taxer les importations des marchandises américaines.

Donald Trump a accusé les «pays merveilleux» de l'UE, qui «se plaignent des tarifs sur l'acier et l'aluminium», de «traiter très mal les États-Unis en matière de commerce».

«S'ils abandonnent leurs horribles barrières et tarifs sur les produits américains, nous laisserons tomber les nôtres. […] Sinon, nous taxerons les automobiles etc.», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

​La commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager a pour sa part déclaré que Bruxelles ne resterait pas les bras croisés après l'introduction de nouvelles taxes par Washington et a menacé de mesures de rétorsion.

«Nous avons construit pendant des années un système de commerce global. La prospérité européenne et des millions d'emplois en dépendent», a-t-elle déclaré au journal allemand Bild am Sonntag, condamnant la remise en cause unilatérale du commerce libre.

Le 8 mars, Donald Trump a signé la mise en place de taxes sur les importations aux États-Unis d'acier (25%) et d'aluminium (10%). La décision a soulevé une vague de critiques et de craintes de la part de l'UE, du Canada, de la Chine mais aussi au sein même des États-Unis.

Lire aussi:

Covid-19: Boris Johnson transféré aux soins intensifs
Plus de 800 morts dus au Covid-19 en France en 24h - vidéo
La Russie a élaboré un schéma de traitement en cas de forme grave du Covid-19
Didier Raoult: «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»
Tags:
importations, taxes, aluminium, acier, Union européenne (UE), Margrethe Vestager, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook