Economie
URL courte
13711
S'abonner

La Chine, dont les importations de pétrole brut dépassent depuis l'année dernière celles des États-Unis, lance ses propres contrats à terme sur le pétrole libellés en yuan.

La Chine a lancé lundi des transactions libellées en yuan de contrats à terme sur le pétrole brut à la Bourse internationale de l'énergie de Shanghaï (Shanghai International Energy Exchange, SIEE).

Il s'agit des premiers contrats à terme cotés dans la partie continentale de la Chine pour les investisseurs étrangers, relate l'agence Xinhua. Selon plusieurs analystes, les contrats à terme chinois sont censés concurrencer ceux du WTI et du Brent.

Devenue en 2017 le premier importateur mondial de pétrole brut (avec 420 millions de tonnes) devant les États-Unis, la Chine cherche à peser davantage sur la fixation des cours de l'or noir ainsi qu'à étendre son influence économique en confortant la visibilité du yuan.

Au total, plus de 40.000 contrats à terme ont changé de mains lors de la première journée de cotation à Shanghaï. Pourtant, les traders habitués à traiter le Brent ou le WTI affichent pour le moment un intérêt limité pour les contrats chinois.

À l'heure actuelle, seuls 19 courtiers étrangers, dont Glencore et Trafigura, sont enregistrés pour participer aux échanges, la plupart d'entre eux étant basés à Hong Kong.

Lire aussi:

Washington découvre un «nouveau théâtre de conflit» avec la Russie
Visite du «marché du Ramadan» après le couvre-feu, le maire de Vaulx-en-Velin crée la polémique
«Mon fils m'a demandé si le prénom de Pierre existait vraiment»: une femme voilée interpelle Macron – vidéo
François Ruffin espionné par LVMH, Mediapart révèle deux rapports de police
Tags:
importations, marché pétrolier, pétrole, Brent, WTI (light sweed crude), Glencore, Shanghai, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook