Economie
URL courte
12372
S'abonner

Le fabricant de fusées lourdes russes Proton, le centre Khrounitchev, a conclu un contrat pour 11 lancements pour le programme américain de constellation de satellites de télécommunications OneWeb.

Des fusées lourdes russes Proton seront utilisées pour lancer des satellites du projet américain du groupe de satellites OneWeb, a annoncé le directeur général de la société d'État russe Roscosmos, Igor Komarov.

«Le centre Khrounitchev [fabricant de Proton, ndlr] a conclu un contrat pour 11 lancements dans le cadre d'un des programmes demandés», a raconté M.Komarov à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Selon lui, Roscosmos a déjà un contrat de près d'un milliard de dollars pour 21 lancements de fusées Soyouz avec 672 satellites de ce programme à son bord.

OneWeb est un projet privé de constellation de satellites de télécommunications visant à fournir un accès à internet à haut débit à travers le monde d'ici à 2022. Des sociétés telles que Airbus, Coca-cola, Virgin Group, font partie des investisseurs de ce programme.

Auparavant, une source dans le domaine spatial avait raconté à Sputnik que le montant du marché conclut sur des Proton devait être de plus de 500 millions de dollars. Selon elle, c'est le plus grand contrat dans l'histoire des fusées Proton. Les lancements seront effectués du cosmodrome de Baïkonour à partir de 2020.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Tags:
lanceur, projet, fusée, Internet, satellite, Baïkonour, Proton, Coca-Cola, Centre Khrounitchev, OneWeb, Airbus Group, Rossiya 24 (chaîne de télévision), Holding spatial russe Roscosmos, Igor Komarov, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook