Economie
URL courte
6250
S'abonner

Sur fond de réduction générale de production de gaz en Europe, le géant gazier russe se dit prêt à satisfaire la demande européenne, n’excluant pas la construction d’un gazoduc Nord Stream 3.

Gazprom n'exclut pas la construction d'un gazoduc Nord Stream 3 si l'UE confirme qu'elle a besoin du gaz russe, a déclaré mardi le vice-président du groupe, Alexandre Medvedev.

«Nous avons toujours dit que nous fournirions à l'Europe autant de gaz qu'elle en aura besoin. […] SI l'Europe déclare ses besoins, si elle est prête à signer les contrats nécessaires, je n'exclus pas que de nouveaux projets de transport de gaz seront nécessaires, tels qu'un Nord Stream 3», a-t-il indiqué dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Auparavant, M. Medvedev déclarait que Gazprom suivait attentivement la réduction de l'extraction de gaz dans le gisement de Groningue, le plus grand gisement de gaz naturel d'Europe occidentale, sur fond de baisse générale de production de gaz en Europe.

Au mois de mars, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a fait savoir que son gouvernement envisageait de réduire l'extraction de gaz à Groningue jusqu'à 12 milliards de mètres cubes d'ici à 2022 et de stopper son exploitation d'ici à 2030.

La part de gaz russe dans les volumes consommés en Europe a représenté 34,7% en 2017, contre 33,1% en 2016.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
gaz, Nord Stream, Union européenne (UE), Gazprom, Alexandre Medvedev, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook