Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie et la Chine

    Le monde des affaires chinois fait une proposition à son «homologue» russe

    © REUTERS / Kim Kyung-Hoon
    Economie
    URL courte
    13890

    Moscou et Pékin doivent intensifier leur collaboration et effectuer les règlements en monnaies nationales afin d'échapper à l'impact négatif des sanctions occidentales, a déclaré à Sputnik le président de l'Union des entrepreneurs chinois en Russie, Zhou Liqun.

    Il est temps pour la Russie et la Chine de régler leurs comptes en monnaies nationales pour réduire l'influence négative des sanctions décrétées par l'Occident, a affirmé Zhou Liqun, président de l'Union des entrepreneurs chinois en Russie, dans une interview accordée à Sputnik.

    «L'effet des sanctions se fait, bien sûr, sentir. De nombreuses entreprises éprouvent des difficultés dans les règlements, tandis que les ventes, les achats et les chiffres d'affaires chutent», a-t-il constaté.

    Toutefois, a-t-il estimé, sur le plan politique, cette situation pourrait aider à renforcer les relations entre la Chine et la Russie.

    «Les dirigeants des deux pays doivent réfléchir aux moyens d'améliorer les rapports et d'élever le niveau de la collaboration bilatérale, surtout dans la coopération financière. Pourquoi payer en devises? En dollars? En euros? On peut avoir recours au yuan et au rouble», a dit Zhou Liqun à notre correspondant dans les couloirs de la conférence russo-chinoise du club international Valdaï «La Russie et la Chine: défis modernes du développement».

    Selon lui, les sanctions européennes et américaines ont donné à la Russie et à la Chine la chance d'intensifier leur collaboration.

    «Bien entendu, il y a des problèmes [en raison des sanctions, ndlr], mais il y a aussi de l'espoir et des ouvertures», a-t-il fait remarquer.

    Début avril, les États-Unis ont introduit de nouvelles sanctions contre la Russie, notamment contre plusieurs hommes d'affaires et leurs sociétés et entités juridiques, notamment Oleg Deripaska, propriétaire de la holding énergétique EN+ Group, le directeur général de Gazprom Alexeï Miller, le groupe automobile GAZ, les entreprises Bazovy element et Rusal, Viktor Vekselberg et son groupe Renova, ainsi que certains autres. La présence sur cette liste signifie le gel des actifs de ces sociétés aux USA et l'interdiction pour les citoyens américains de mener des affaires avec elles.

    La conférence du club Valdaï «La Russie et la Chine: défis modernes du développement» s'est ouverte mercredi à Shanghai. Durant deux jours, des experts russes et chinois se pencheront sur les problèmes internationaux concernant les intérêts des deux pays.

    La Russie est prête à s'éloigner du dollar avec la Chine. Pendant le sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) en 2017 dans la ville chinoise de Xiamen, Vladimir Poutine avait laissé entendre que Moscou partageait les préoccupations des BRICS qui représentent 26% de la surface terrestre, plus d'un tiers du PIB mondial et près de la moitié de la population du monde concernant l'emprise du dollar sur les opérations internationales.

    Lire aussi:

    BRICS: «la Chine convertit sa puissance économique en influence politique mondiale»
    Le rôle des BRICS et de la Russie dans le monde vu par Vladimir Poutine
    Poutine arrive en Chine pour le sommet des BRICS
    Tags:
    yuan, rouble, euro, dollar US, collaboration, règlement de comptes, sanctions, Basic Element (BasEl), Rusal, GAZ, Gazprom, BRICS, Club de discussion Valdaï, Sputnik, Vladimir Poutine, Alexeï Miller, Moscou, Shanghai, États-Unis, Occident, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik