Ecoutez Radio Sputnik
    Un dollar

    The National Interest désigne le principal ennemi des USA… et ce n’est ni Moscou ni Pékin

    CC0
    Economie
    URL courte
    681484

    La dette publique est le principal ennemi des États-Unis, affirme The National Interest. Selon cette revue américaine, il est très probable que la situation s’aggrave, Washington n’ayant pas beaucoup de moyens afin de remédier à cette situation.

    La principale menace pour les États-Unis n'émane pas de la Russie ou de la Chine mais de leur dette publique, écrit Joergen Oerstroem Moeller, ancien diplomate et économiste danois, dans The National Interest.

    L'expert estime que Washington est actuellement sur le seuil d'un défaut technique. D'après les données du Bureau du budget du Congrès américain, la dette américaine représente 1,6% du PIB et 9,4% des recettes fédérales. D'ici 2022, elle est susceptible d'augmenter davantage, jusqu'à 2,7% et 16% respectivement, ce qui est considéré par l'auteur comme étant le meilleur scénario.

    Selon cet article, compte tenu des changements survenus ces dernières semaines, le taux d'intérêt net peut atteindre 20%. Autrement dit, un cinquième des taxes que les Américains paient au gouvernement seraient dépensées afin de financer cette dette.

    L'auteur propose deux moyens pour résoudre ce problème: soit réduire les dépenses obligatoires, soit augmenter les impôts. Mais les deux options ne semblent pas être réalisables, puisqu'elles seraient bloquées par le Congrès.

    M. Moeller souligne qu'il n'y a qu'une seule voie permettant de maintenir le niveau des dépenses sociales — celle de fermer les yeux sur le déficit et la dette. Dans le cas d'une situation économique bénigne, le déficit pourrait augmenter de 30% entre 2019 et 2023 si les dépenses sociales et militaires ne changent pas. Entre 2018 et 2028, cette augmentation pourrait atteindre 81%.

    D'après la revue, il est très probable que Washington demande à ses créanciers, dont la Chine et le Japon, qui possèdent des bons du Trésor américain d'une valeur estimée à 1,2 trillions de dollars, de restructurer leur dette.

    En mars 2018, la dette américaine a atteint 21 trillions de dollars, ce qui constitue son maximum historique. Elle a franchi le niveau des 20 trillions de dollars en septembre dernier. La dette a doublé durant la présidence de Barak Obama.

    Lire aussi:

    100% de dette publique: c’est grave docteur?
    Dette américaine: bientôt la catastrophe?
    Résorber la dette publique: l'impossible mission du gouvernement?
    Tags:
    taxes, dette publique, PIB, The National Interest, Chine, Japon, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik