Economie
URL courte
11355
S'abonner

La Russie peut devenir l’une des plus grandes économies mondiales par le biais d’une stimulation correcte de l’entreprenariat, estime Jim Rogers, un investisseur américain et commentateur financier mondialement reconnu.

Dans une interview accordée à Sputnik, l'investisseur Jim Rogers s'est prononcé sur le décret présidentiel du 7 mai sur les enjeux nationaux, les objectifs stratégiques de développement de la Russie jusqu'en 2024.

La Russie peut rejoindre le groupe des plus grandes puissances économiques mondiales «si son système économiques est dûment stimulé. Â travers l'histoire, les pays soutenant ses entrepreneurs et ses investisseurs ont presque toujours réussi. Si la Russie fait de même, elle bénéficiera d'un grand potentiel», a-t-il expliqué.

Il a en outre indiqué que «plus ouverte une économie était, mieux ce serait».

«Au cours des deux dernières années, la Russie a fait beaucoup plus de travail en la matière que n'importe quel autre pays. Plus que la Chine, plus que les États-Unis. La Russie a laissé le rouble flotter librement, alors que la dette d'État demeure plutôt basse. C'est un travail extraordinaire», a-t-il tenu à souligner.

Conformément au décret du 7 mai, le gouvernement russe devra entre autres parvenir à l'objectif de «faire de la Fédération de Russie l'une des cinq plus grandes économies du monde» d'ici à 2024, avec un taux de croissance supérieur à la moyenne mondiale et une inflation ne dépassant pas 4 %.

Le décret encourage l'innovation technologique, l'accélération de l'introduction des technologies numériques dans les sphères économiques et sociales, et l'utilisation des technologies modernes pour développer un secteur de l'exportation plus performant.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Tags:
croissance, économie, Jim Rogers, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook