Ecoutez Radio Sputnik
    Production de pétrole

    5 pays dont l’Algérie et l’Arabie saoudite appellent à maintenir les limites sur le brut

    © Sputnik . Vitaly Timkiv
    Economie
    URL courte
    0 310

    Lors d'une réunion non officielle, dimanche 3 juin à Koweït, les ministres de l'Énergie de l'Algérie, de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Koweït et d'Oman ont exhorté à un partenariat durable entre les pays membres et non membres de l'OPEP en vue de limiter la production du pétrole.

    Les ministres de l'Énergie de l'Algérie, de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Koweït et d'Oman se sont réunis dimanche dernier pour évoquer la collaboration entre l'OPEP et les pays non membres de cette structure en vue de réguler l'extraction du brut, a indiqué le journal en ligne algérien TSA.

    Les ministres «ont souligné la nécessité de maintenir la coopération existante et de continuer l'effort réussi mené par les pays participants», selon un communiqué du Comité cité par la même source.

    Cette réunion, non officielle, s'est tenue à Koweït dans le cadre du Comité ministériel de suivi sur la réduction de la production de pétrole, connu sous le nom de JMMC.

    Les ministres «ont appelé au maintien du partenariat actuel afin de s'adapter de manière continue au dynamiques actuelles du marché, à la poursuite des intérêts des consommateurs et des producteurs tout en favorisant une croissance économique mondiale saine», a précisé TSA.

    Ils ont également estimé nécessaire d'établir des conditions de marché qui puissent garantir «une disponibilité stable du pétrole en temps voulu pour répondre à la demande croissante», a informé le communiqué.

    En novembre dernier, l'OPEP et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé de prolonger les quotas de production de pétrole jusqu'à la fin 2018 pour stabiliser les prix. Cet accord a été déterminant pour faire remonter les cours du pétrole. Toutefois, ces derniers ont reculé dernièrement sous l'effet de craintes quant aux conséquences d'une éventuelle guerre commerciale entre les États-Unis et ses principaux partenaires. En outre, les livraisons de brut pourraient être prochainement affectées suite aux sanctions appliquées contre le Venezuela et l'Iran.

    Lire aussi:

    Stabilité du marché pétrolier: l’OPEP évalue le rôle d’Alger
    Le destin de l’accord sur la baisse de production de pétrole décidé par l’OPEP
    Pétrole: la Banque mondiale prévoit une hausse des prix en 2018
    Tags:
    sanctions, demande, prix, production, pétrole, OPEP, États-Unis, Iran, Venezuela, Russie, Émirats Arabes Unis, Koweït, Oman, Arabie Saoudite, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik