Ecoutez Radio Sputnik
    Banque mondiale

    Le monde serait au seuil d'une nouvelle crise majeure, selon la BM

    © AP Photo / Mark Lennihan
    Economie
    URL courte
    2611

    Les mesures protectionnistes, ainsi que la politique monétaire des Etats-Unis, risquent de plonger le monde dans une nouvelle crise économique après 2019, estiment les analystes de la Banque mondiale.

    Bien qu'il soit peu possible que des bouleversements économiques majeurs se produisent au cours des deux prochaines années, la situation pourrait devenir bien plus tendue après 2019, selon le récent rapport Perspectives économiques mondiales diffusé par la Banque mondiale.

    Les experts de cette institution financière mettent en relief le ralentissement général de l'économie mondiale: si, en 2017-2018, elle affichait une croissance annuelle d'environ 3,1% du PIB mondial, cet indice devrait baisser jusqu'à 2,9% à l'horizon 2020, notamment du fait de diverses mesures protectionnistes susceptibles d'entraîner des «conséquences destructrices», d'après l'économiste en chef de la Banque mondiale Shanta Devarajan.

    Dans le même temps, les risques de défaut de paiement courus par les pays en voie de développement, ainsi que le brusque renforcement de la politique monétaire de Washington, menacent eux aussi la stabilité de l'économie mondiale, constate-t-on à la Banque mondiale.

    Les crises financières importantes surviennent régulièrement tous les dix ans environ (1975, 1982, 1991, 2009) et, en dépit du fait que le monde vient justement de se remettre des conséquences de la dernière, une nouvelle risque de se produire prochainement, soulignent les auteurs du rapport.

    Lire aussi:

    La Banque mondiale passe au peigne fin les économies de l’Algérie et du Maroc
    En Russie, la confiance des entreprises au plus haut depuis deux ans
    La Banque mondiale constate la sortie de l'économie russe de la récession
    Tags:
    PIB, croissance, protectionnisme, économie, Banque mondiale (BM), États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik