Economie
URL courte
203610
S'abonner

L’Union européenne a lancé vendredi sa contre-offensive dans le conflit commercial avec les États-Unis, en imposant des tarifs additionnels sur des produits américains, comme les jeans, le bourbon ou les motos, pour un montant de 2,8 milliards d’euros.

Les contre-mesures de l'UE contre certains produits américains en réponse aux taxes de Washington sur son acier et son aluminium, entrent en vigueur le 22 juin, a annoncé ce mercredi la Commission européenne.

Comme indiqué dans le message de la CE, depuis le 22 Juin dans les pays de l'UE, des droits à un taux de 25% pour les marchandises d'exportations américaines ont été mises en place, pour un montant total de 2,8 milliards d'euros.

«La décision unilatérale et injustifiée des États-Unis» d'imposer des droits de douane sur l'acier et l'aluminium «ne nous laisse pas d'autre choix», a indiqué la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström dans un communiqué.

Concrètement, la Commission européenne va imposer des taxes additionnelles, généralement à hauteur de 25%, sur une liste de produits fabriqués aux États-Unis. Parmi les produits ciblés figurent notamment les motos Harley Davidson, les jeans Levi Strauss, le bourbon, ainsi que des produits agricoles (riz, maïs, tabac), des aliments (jus d'orange, beurre d'arachide et produits du tabac), des cosmétiques, des vêtements et des bateaux.

La Commission européenne avait déclaré précédemment qu'elle avait l'intention de réagir par des mesures proportionnées à l'introduction annoncée par les États-Unis de droits sur les importations d'acier et d'aluminium en provenance des pays de l'UE.

 

Lire aussi:

Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
L'explosion à Beyrouth a engendré un cratère de 43 mètres de profondeur - images
Le Pentagone explique le redéploiement de ses troupes en Europe
Tags:
tarifs, Commission européenne, Europe, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook