Ecoutez Radio Sputnik
    La Défense

    Économie: les pays européens sont-ils en déclin?

    CC0 / 553190 / La Défense
    Economie
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    14283

    L’Inde prend la place de la France comme sixième économie mondiale, c’est le verdict qui vient de tomber au dernier classement de la Banque mondiale. En 2030, la France sera neuvième... le début de la fin?

    Que l'Inde dépasse la France, c'est une surprise «annoncée». «Cela fait une quinzaine d'années qu'on voit émerger les économies émergentes», note Joël Ruet, économiste et chercheur au CEPN (Centre d'économie de Paris-Nord). «Ce qui est intéressant, c'est que l'horizon se rapproche sans cesse»… jusqu'à mettre à la marge les pays européens qui, il n'y a pas si longtemps encore, qualifiaient leurs lointains voisins de «pays en voie de développement»?

    Ces pays plus gros qu'un continent progressent, sur le plan du PIB, à vitesse grand V. Lentement mais surement, l'Inde avance: «Il n'y a rien de soudain, c'est une régularité. Il y a quinze ans, elle était à 7% de croissance, puis a ralenti, mais s'est vite reprise », explique Joël Ruet, spécialiste des économies émergentes notamment de l'Inde et de la Chine.

    «L'Inde est beaucoup moins internationalisée que la Chine», ajoute le chercheur. Aussi, même si elle a raflé la sixième place à la France dans le classement des puissances économiques établi par la Banque Mondiale le 9 juillet dernier, sa présence dans le monde «reste inférieure à celle de la France». «On est au tout début de l'entrée de l'Inde dans l'économie mondiale», note l'expert.

    Avec 1.3 milliard d'habitants pour l'un, et 67 millions pour l'autre, «le PIB par habitant en Inde reste 20 fois inférieur au PIB par habitant en France ». Et la croissance indienne a un revers: pollution de l'air et des nappes phréatiques «très préoccupantes», dépendance aux matières premières, chômage, emplois informels importants qui créent «des inégalités de revenus et d'accès aux structures sociales».

    La France, avec ses 1.9 % de croissance, est-elle vouée à dégringoler à la neuvième place, comme le prédit le Centre for Economics and Business Research, à Londres?

    «La France est une économie qui est arrimée à ses grands voisins et à l'économie mondiale», explique M.Ruet, qui rappelle que «la structure industrielle en France est très différente de la structure industrielle en Allemagne», peu de PME étant intégrées dans le sillage des grandes entreprises.

    D'après l'expert, «il y a besoin de plus de courage de la part des institutions bancaires française» pour financer l'innovation: «C'est ce que le gouvernement et le Président actuel essaient de mettre en place. La France a pris du retard par rapport à l'Allemagne dans ce domaine-là.» Un problème qui se rencontre néanmoins ailleurs dans la zone euro:

    «Il y a besoin d'innovation financière pour partager le risque d'innovation avec une PME. Aujourd'hui, quand une PME développe une innovation, elle prend 100% du risque… Et si elle survit à l'investissement, elle ne trouve pas toujours les moyens de son développement ».

    En tout cas, rien n'est perdu pour la France: « C'est pendant qu'il y a la croissance qu'il faut mettre en place des actions courageuses et ça on l'a encore peu vu dans les nouveaux budgets publics depuis l'élection d'Emmanuel Macron».

    Lire aussi:

    Top-10 des pays qui attirent le plus d'investissements directs à l'étranger
    Leadeur économique mondial: la Chine battrait les USA d'ici 2032
    Macron en Inde: entre emballement médiatique et modestes réalités
    Tags:
    PIB, Banque mondiale (BM), Union européenne (UE), Chine, Inde, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik