Ecoutez Radio Sputnik
    Federica Mogherini

    La diplomatie européenne appelle les PME de l’UE à coopérer avec l’Iran

    © AP Photo / Geert Vanden Wijngaert
    Economie
    URL courte
    20333

    Selon la cheffe de la diplomatie européenne, encourager les échanges commerciaux avec l'Iran est crucial pour l’accord sur le nucléaire et «une priorité en matière de sécurité» pour l’Europe.

    La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a appelé les entreprises européennes à intensifier le commerce avec l'Iran et l'activité économique dans ce pays, lors d'une conférence de presse conjointe mardi à Wellington avec le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères, Winston Peters.

    «Nous faisons de notre mieux pour garder l'Iran dans l'accord [Plan d'action global commun (PAGC)], pour que l'Iran bénéficie des avantages économiques que cet accord apporte au peuple iranien, car nous pensons que cela est dans l'intérêt non seulement de notre région mais aussi du monde. S'il existe un accord international sur la non-prolifération nucléaire, il faut le maintenir », a déclaré Mme Mogherini, citée par les médias.

    «Nous encourageons les petites et moyennes entreprises en particulier à accroître leurs activités avec l'Iran et dans le pays», ce qui constitue pour l'Europe «une priorité en matière de sécurité», a déclaré Mme Mogherini, expliquant que le commerce faisait partie intégrante de l'accord nucléaire.

    Le commerce entre l'Iran et l'UE «est un aspect fondamental du droit iranien à avoir un avantage économique en échange de ce qu'il a fait jusqu'ici, à savoir se conformer à tous ses engagements dans le domaine nucléaire», a-t-elle ajouté.

    L'Union européenne a déclaré lundi «regretter vivement» le rétablissement des sanctions américaines contre l'Iran.

    Le Royaume-Uni a accepté mardi de coopérer avec l'UE pour tenter de bloquer l'impact des nouvelles sanctions de Donald Trump contre l'Iran, relate en outre Independent. Jeremy Hunt, le secrétaire aux affaires étrangères, a signé une déclaration conjointe avec d'autres ministres des affaires étrangères de l'UE afin d'assurer la protection des entreprises européennes faisant affaire avec l'Iran.

    Les relations entre l'Iran et les États-Unis se sont détériorées depuis mai 2018, lorsque le Président américain a annoncé le retrait de son pays de l'accord sur le nucléaire iranien et a décidé de rétablir les sanctions unilatérales contre Téhéran. Cette décision a été contestée par la Russie, la Chine, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'UE, qui ont confirmé leur engagement en faveur de l'accord nucléaire.

    Les mesures restrictives contre l'Iran seront introduites en deux étapes. La première partie des sanctions concernera le secteur automobile, le commerce de l'or et d'autres métaux précieux. L'autre entrera en vigueur le 4 novembre et s'étendra au secteur énergétique, différentes transactions, dont pétrolières, ainsi qu'à la coopération avec la Banque centrale iranienne.

    Le PAGC a été conclu par les 5 membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne avec l'Iran en 2015. L'accord limitait les développements nucléaires de Téhéran en échange de la levée des sanctions du Conseil de sécurité et des mesures restrictives unilatérales introduites auparavant par les États-Unis et l'UE.

    Lire aussi:

    L’Iran s’exprime sur le but des nouvelles sanctions des États-Unis contre Téhéran
    Iran: l’UE trouve un moyen pour échapper aux sanctions américaines
    Washington compte empêcher qui que ce soit de contourner les sanctions contre l’Iran
    Tags:
    commerce, PME, Union européenne (UE), Federica Mogherini, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik