Economie
URL courte
5317
S'abonner

Le locataire de la Maison-Blanche pourrait faire chuter le dollar afin de rendre les marchandises américaines plus compétitives, estime un économiste de JPMorgan Chase interrogé par Bloomberg. Auparavant Donald Trump avait accusé la Chine et l’UE de telles manipulations.

Le Président américain pourrait affaiblir la devise américaine afin de renforcer les positions des marchandises américaines sur les marchés mondiaux, estime Michael Feroli, économiste de JPMorgan Chase, interrogé par l'agence Bloomberg.

«Il s'agit d'un risque sur lequel nous devons garder l'œil puisque le Président en a parlé. Nous savons également que le conflit commercial avec la Chine semble de s'aggraver plutôt que se résoudre», a-t-il expliqué.

L'expert américain a rappelé qu'auparavant les États-Unis étaient intervenus sur les marchés de devises après avoir consulté leurs partenaires commerciaux. Cette fois-ci il pourrait s'agir d'une décision unilatérale.

«La manière dont le Président a parlé du dollar et, en particulier, de potentielles manipulations de devises […] laisse entendre qu'il peut s'agir d'une action unilatérale», a-t-il ajouté.

Auparavant, Donald Trump avait à plusieurs reprises accusé la Chine et l'Union européenne de tenter de manipuler leurs devises. En fait, ces derniers temps le yuan n'a pas cessé de s'affaiblir, ce qui permet de compenser l'augmentation des tarifs américains.

Le 1er août la Maison-Blanche a confirmé son intention d'augmenter les droits de douane de 10% à 25% sur des marchandises chinoises pour une valeur totale de 200 milliards de dollars.

Lire aussi:

Une rixe ultraviolente éclate à Gare de Lyon à Paris sous l’œil de passagers médusés – vidéo choc
«Tribunal populaire» d’une star du football algérien qui s’est affichée avec un mannequin
Armé d’un couteau, il s’avance vers des policiers à Grenoble, l’un d’eux lui tire dessus – vidéo
Un insecte d’origine américaine qui pique sans bruit menace les platanes franciliens
Tags:
guerre commerciale, yuan, dollar US, Bloomberg, présidence américaine, Union européenne (UE), Donald Trump, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook