Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Merkel sonne l’alarme quant à la crise de la devise turque

    © Sputnik . Alexey Vitvitsky
    Economie
    URL courte
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
    8384

    La prospérité économique de la Turquie répond aux intérêts allemands, a déclaré Angela Merkel en se prononçant pour l’indépendance de la banque centrale turque. Depuis le 10 août, Ankara fait face à une dégringolade de sa devise nationale.

    L'Allemagne veut que la Turquie soit un pays prospère, a déclaré lundi la chancelière allemande après une rencontre avec le Premier ministre de la Bosnie, en soulignant l'importance de l'indépendance de la banque centrale turque.

    «L'Allemagne veut voir une Turquie économiquement prospère. C'est dans nos intérêts aussi […] Personne n'est intéressé par une déstabilisation économique en Turquie», a-t-elle lancé.

    Vendredi, le cours de la livre turque a chuté de 18 % suite à l'annonce par Donald Trump du doublement des taxes sur l'aluminium et l'acier en provenance de Turquie. Elles atteindront respectivement 20% et 50%.

    Le ministre turc des Finances a déclaré lundi que le gouvernement du pays entendait mettre en œuvre un plan d'actions économiques afin de stabiliser les marchés. La banque centrale turque a promis par la suite de fournir une réserve de liquidité et de baisser le coefficient des réserves obligatoires pour les banques.

    Le Président turc a dénoncé la mesure prise par les États-Unis, en déclarant que son pays n'allait pas perdre «la guerre économique». Il doit se rendre en Allemagne le mois prochain.

    Dossier:
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

    Lire aussi:

    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Erdogan déclare que l’ex-Président égyptien Morsi «a été tué»
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    livre turque (TRY), crise, chute, Angela Merkel, Turquie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik