Economie
URL courte
382
S'abonner

Le pays célèbre dans le monde entier pour sa production de bière se trouverait au bord d'une catastrophe. Le problème principal des brasseurs allemands est la pénurie de bouteilles.

L’industrie de la bière allemande, qui a doublé sa production cet été en raison de la canicule, fait face à une véritable crise en raison du manque de bouteilles et de caisses, annoncent des médias locaux.

La bière coule toujours à flots dans les brasseries, mais les producteurs ne savent plus comment embouteiller et distribuer cette boisson. 

L’Allemagne possède un système de recyclage des bouteilles en verre. D’après la chaîne de télévision Bayerische Rundfunk, environ 4 milliards de bouteilles sont en circulation dans le pays où chaque bouteille en verre est réutilisée entre 30 et 50 fois. Le taux de retour avoisine habituellement les 90%. Mais, en 2018, la filière de recyclage nationale marche moins bien que les années précédentes et cela oblige les brasseries à diminuer ou à suspendre leur production.

Les Allemands préfèrent acheter de gros lots de bière pour ne pas s’exposer trop souvent à la chaleur extrême qui sévit dans le pays. Ils stockent ainsi chez eux un grand nombre de caisses et de bouteilles vides au lieu de les ramener au magasin.

Christian Schuster, de la brasserie Greif a récemment profité de son interview à la chaîne Bayerische Rundfunk pour appeler les Allemands à ramener leurs bouteilles vides dans les points de vente et les centres de tri. 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommer avec modération.

Lire aussi:

«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
bouteilles, pénuries, bière, Bayerische Rundfunk, Greif Brauerei, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook