Ecoutez Radio Sputnik
    L'Organisation mondiale du commerce

    La Chine porte plainte à l'OMC contre l'introduction des nouvelles taxes douanières US

    © Sputnik . Ruben Sprich
    Economie
    URL courte
    1160

    Pékin a déposé une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour «garantir la protection [des principes, ndlr] du libre-échange, ainsi que ses droits et ses intérêts légitimes» après que Washington a introduit des droits de douane à 25% sur 16 milliards de dollars (environ 13,8 milliards d'euros) d'importations chinoises.

    La Chine a porté plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) suite à l'introduction par les États-Unis d'une deuxième tranche de taxes de 25% sur les importations chinoises pour un montant total de 16 milliards de dollars (environ 13,8 milliards d'euros), a annoncé le ministère chinois du Commerce dans un communiqué publié ce jeudi.

    «En portant plainte auprès de l'OMC, la Chine compte garantir la protection [des principes, ndlr] du libre-échange, ainsi que ses droits et ses intérêts légitimes», souligne le ministère.

    «L'introduction délibérée des tarifs par les États-Unis [contre les articles chinois, ndlr] a violé les règles de l'OMC», indique-t-il, ajoutant que «la Chine s'élève résolument contre et est contrainte de prendre les contre-mesures nécessaires.»

    Sur fond de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, Pékin a imposé ce jeudi des taxes douanières pour 16 milliards de dollars de produits américains importés, répondant ainsi à la décision de Washington d'adopter de nouvelles sanctions douanières du même montant sur les produits chinois.

    Lire aussi:

    Nouvelle riposte chinoise dans la guerre commerciale avec les USA
    Les États-Unis frappés par les répercussions de la guerre commerciale
    Les USA pourraient imposer des sanctions à Pékin pour violation des droits de l’Homme
    Tags:
    sanctions, importations, plainte, taxes, OMC, Washington, Pékin, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik