Ecoutez Radio Sputnik
    Deutsche Bank

    Malgré sa lettre menaçante, Deutsche Bank n’entendrait pas rompre ses liens avec Moscou

    CC BY-SA 2.0 / Flickr/Justin Pickard / Deutsche Bank | London Wall
    Economie
    URL courte
    2153

    La Deutsche Bank, qui a récemment appelé la Russie à mettre à jour les informations sur certains de ses clients sous peine de rompre les relations, ne mettra pas en œuvre cette menace, d’après une source de Sputnik dans les milieux bancaires.

    Il n’est pas question de modifier les relations entre la Deutsche Bank et le gouvernement russe, le questionnaire adressé aux autorités du pays par cet établissement n’est qu’une pure formalité, a appris Sputnik d’une source informée dans les milieux bancaires.

    «Ce questionnaire ne prévoit pas l’adoption de mesures contre la Russie, qui reste un marché stratégique pour la banque. Rien n’a changé. Ce questionnaire est une pure formalité», a indiqué l’interlocuteur de Sputnik avant de préciser que la Deutsche Bank envoyait des lettres similaires à tous ses clients.

    Le journal russe Vedomosti a précédemment annoncé, citant une lettre en date du 27 juin, que la filiale londonienne de la banque avait demandé à Moscou de mettre à jour les informations concernant certains de ses clients russes.

    Selon la lettre, si le gouvernement russe ne le faisait pas, la banque pourrait rompre ses relations avec la Russie. La banque a expliqué son intention d’analyser les données de ses clients par l’utilisation du programme d’identification Know Your Customer (KYC), destiné à lutter contre le blanchiment d'argent, l'évasion fiscale et le financement du terrorisme.


    Lire aussi:

    Deutsche Bank refuse de lever le secret sur les finances de Trump
    Les USA s'attaquent aux banques européennes
    Les banques américaines s'unissent pour se prémunir contre la «fin du monde»
    Tags:
    questionnaire, lettre, données personnelles, banques, Know Your Customer (KYC), Deutsche Bank, Russie, Moscou, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik