Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Une sénatrice française constate les effets négatifs des sanctions antirusses sur son pays

    © Flickr/ Robert Couse-Baker
    Economie
    URL courte
    19380

    Décrétées en 2014, les sanctions antirusses ne sont pas restées sans effet pour certains secteurs de l’économie française, a expliqué la sénatrice française Sophie Primas à l’occasion d’un déplacement en Russie.

    Les mesures de rétorsion décrétées à l’encontre de la Russie ont porté un coup aux secteurs agricole et bancaire français, a fait savoir dans son commentaire à Sputnik Sophie Primas, présidente de la commission des Affaires économique au Sénat. 

    Les sanctions antirusses ont frappé de plein fouet l’économie agricole de la France. Elles ont notamment touché les exportations de porc, de produits laitiers, en général, et de fromages, en particulier. Le secteur bancaire a également subi les répercussions de ces mesures, a-t-elle expliqué.

    Les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont dégradées après le début du conflit en Ukraine et le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014. L'Occident a imposé des sanctions contre la Russie, qui ont entraîné en riposte un embargo sur les importations européennes. Cela étant dit, ces derniers temps, de plus en plus de voix s’élèvent dans les pays de l’Union européenne pour réclamer la levée du régime des sanctions antirusses. 

    Mardi, le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a accueilli une rencontre entre Sophie Primas et Dmitri Mezentsev, président du Comité des politiques économiques du Sénat russe. 

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    produits laitiers, secteur bancaire, agriculture, embargo, sanctions, Sénat français, Conseil de la Fédération, Sophie Primas, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik