Ecoutez Radio Sputnik
    Dollars et euros

    Comme Moscou et Ankara, Pékin réduit ses investissements dans la dette publique US

    © Sputnik . Mihail Kutuzov
    Economie
    URL courte
    4351

    Après la Russie et la Turquie, c’est la Chine qui a réduit ses investissements de 7,7 milliards de dollars dans la dette publique américaine, d’après les données du département du Trésor des États-Unis.

    La Chine, le plus gros détenteur de la dette publique américaine, y a réduit ses investissements de 7,7 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros), selon les dernières statistiques du département du Trésor des États-Unis.

    En juin 2018, Pékin avait investi dans les obligations américaines 1.178 milliards de dollars mais sur fond de guerre commerciale, les investissements chinois ont baissé pour atteindre 1.171 milliards de dollars en septembre. Malgré cela, la Chine reste le plus gros détenteur de la dette publique des États-Unis.

    Depuis novembre 2017, la Turquie a continuellement réduit ses investissements dans les obligations du gouvernement américain, leur volume étant à l'époque de 61.2 milliards de dollars.

    États-Unis
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    La Russie a quitté cette liste au mois de mai lorsqu'elle a fortement réduit ses obligations américaines de 48.7 milliards à 14.9 milliards de dollars.

    En juin dernier, la Chine était en tête de la liste, avec des investissements estimés à 1.178 milliards de dollars, ce qui était toutefois de 0,4% plus faible qu'au mois de mai.

    Au mois d'août, le Japon occupait la deuxième place avec des investissements plus faibles de 1,75% par rapport au mois précédent et estimés actuellement à 1.030 milliards de dollars.

    Lire aussi:

    La Turquie a quitté la liste des plus gros détenteurs de dette publique américaine
    Œil pour œil: la Chine prépare la plus grande vente d'obligations américaines
    Une arme à un billion de dollars: comment la Chine va ruiner l’économie des USA
    Tags:
    investissements, économie, dette publique, argent, Turquie, Russie, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik