Economie
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (260)
1230
S'abonner

Le groupe français Engie se dit prêt à investir près de 500 millions d’euros dans le projet de gazoduc russe Nord Stream 2 après avoir déjà accordé une somme analogue.

Engie, l'un des partenaires de Gazprom dans le projet Nord Stream 2, a déjà accordé à la société Nord Stream 2 AG un financement à hauteur de près de 500 millions d'euros et se dit prêt à investir de nouveau une somme équivalente, soit encore 500 millions, a indiqué à Sputnik Pierre Chareyre, directeur général adjoint d'Engie.

Le projet Nord Stream 2, d'un coût total de 9,5 milliards d'euros, suppose la construction de deux conduites de gazoduc reliant le littoral russe à l'Allemagne par la mer Baltique, d'une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz. Gazprom est le seul actionnaire de Nord Stream 2 AG. Ses partenaires européens, Shell, OMV, Engie, Uniper et Wintershall, se sont engagés à financer le projet à hauteur de 50%, soit 950 millions d'euros chacun. Gazprom assurera l'autre moitié du financement, à savoir 4,75 milliards d'euros.

Les tranches de financement de Nord Stream 2 AG seront accordées par étapes, en fonction des besoins du bureau d'études, a ajouté M.Chareyre.

Le nouveau gazoduc devra être construit à côté du Nord Stream existant. Il passera par les eaux territoriales ou les zones économiques exclusives des pays riverains de la mer Baltique: Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. Seul le Danemark n'a pas encore donné son permis de construire à Nord Stream 2 AG, l'opérateur du gazoduc.

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (260)

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
Nord Stream 2, Nord Stream 2 AG, Gazprom, ENGIE (ex-GDF Suez), Pierre Chareyre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook