Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    S-400 en Arabie saoudite: Riyad subira-t-il le même sort que Pékin?

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    Economie
    URL courte
    12190

    Washington ayant sanctionné jeudi une entité chinoise ayant acheté des armements russes, dont des systèmes S-400, la presse a demandé à l’ambassadeur saoudien si, craignant des sanctions, son pays n’envisageait de renoncer à l’acquisition de ces systèmes sol-air.

    Les paramètres techniques des livraisons de systèmes de missiles sol-air russes S-400 à l’Arabie saoudite étant actuellement examinés par les parties intéressées, l’ambassadeur du royaume en Russie, Raed bin Khaled Qrimli, espère que son pays ne se retrouvera pas non plus puni de sanctions américaines. 

    «Pendant la visite historique du roi Salmane, nous avons signé 14 accords, […] dont quatre dans le domaine militaire. Trois d’entre eux sont en cours d’exécution. En ce qui concerne le quatrième, [celui portant sur la livraison des S-400, ndlr], des questions techniques sont actuellement négociées, ce système étant moderne et complexe», a-t-il indiqué ce vendredi aux journalistes.

    À la question visant à savoir si Riyad envisageait de renoncer à l’acquisition de S-400 après que Washington a imposé des sanctions contre Pékin suite à l’achat de ces mêmes systèmes, il a répondu:

    «J’espère que personne ne nous visera d’aucune sanction».

    Pour rappel, Washington a annoncé ce jeudi avoir sanctionné le Département de développement des équipements chinois, un organisme supervisant les technologies militaires du pays et qui avait acheté des avions de chasse Su-25 et des systèmes de défense S-400 à la Russie, en violation d'une loi américaine sur les sanctions contre Moscou, adoptée l'an dernier.

    Lire aussi:

    D’où vient la popularité des S-400 russes sur le marché militaire?
    Washington a annoncé avoir sanctionné une entité chinoise
    Les USA imposeront des sanctions à la Turquie si Ankara se procure des S-400 russes
    Tags:
    sanctions, S-400, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, États-Unis, Russie, Chine, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik