Ecoutez Radio Sputnik
    charbon

    La Chine serait-elle en train de construire des centrales à charbon fantômes?

    © Sputnik . Alexander Kryazhev
    Economie
    URL courte
    377

    Se référant à des photos satellite, l’ONG américaine CoalSwarm tire la sonnette d’alarme, affirmant que la Chine poursuivrait la construction de centrales à charbon bien que Pékin, en tant que signataire de l'accord de Paris sur le climat, ait officiellement ordonné l’annulation de tels projets trop polluants. Sputnik s’est intéressé à la question.

    La préoccupation des écologistes est facile à comprendre, la moitié de la consommation mondiale de charbon et un quart des rejets mondiaux de gaz à effet de serre provenant de Chine. Le monde ne supportera tout simplement pas une augmentation de 25% des capacités de production de ce type d'énergie, a déclaré à Sputnik Ted Nace, fondateur et directeur exécutif de CoalSwarm, une ONG américaine qui s'occupe du problème de la consommation de charbon dans le monde et de la pollution de l'environnement qui en résulte.

    «Il faut toutefois reconnaître que la Chine est le plus grand producteur au monde de panneaux solaires et de génératrices éoliennes. Néanmoins, tous ses efforts en ce sens seront vains si elle investit dans l'énergie au charbon. Selon nos calculs, ses investissements dans ce secteur se montent actuellement à 210 milliards de dollars», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Avant de marteler qu'ajouter encore 25% à ce chiffre serait prendre une très mauvaise voie.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Liu Ying, de l'Université populaire de Chine, a souligné pour sa part qu'on ne pouvait pas juger de la place de l'énergie au charbon en Chine en se basant uniquement sur des photos satellite.

    «On ne doit pas accorder de crédit au rapport [de CoalSwarm, ndlr] qui ne repose que sur des photos satellite», a insisté M. Liu.

    Et d'expliquer que même si la Chine construisait de nouvelles capacités de production d'énergie au charbon, comme l'affirme l'ONG américaine dans son rapport, cela ne signifie pas forcément qu'elles seraient mises en service.

    Car on sait qu'après la crise de 2008, Pékin a débloqué 4.000 milliards de yuans (soit 12,5% du PIB à l'époque) pour soutenir l'économie nationale. Cet argent avait pour but de financer essentiellement des projets d'infrastructure et sociaux à long terme. C'est ainsi qu'on a vu apparaître en Chine des villes-fantômes avec des immeubles inhabités, des autoroutes sans voitures et des centres commerciaux sans visiteurs.

    Où sont les garanties que les centrales au charbon nouvellement construites en Chine vont produire de l'électricité? Même CoalSwarm reconnaît que bien des centrales découvertes par satellites ne sont toujours pas branchées au réseau électrique chinois.

    Coalswarm a publié des données concernant l'expansion des centrales électriques fonctionnant au charbon en Chine, en pointant du doigt la pollution qui en résultait. Se référant à des photos prises par satellite de différentes régions chinoises en 2018, l'ONG a repéré de nouveaux bâtiments qui n'étaient pas présents l'année précédente. Selon l'ONG, la capacité totale des nouvelles centrales à charbon serait supérieure d'environ 259 gigawatts à celle américaine et «totalement hors normes» par rapport à l'accord de Paris sur le climat.

    Lire aussi:

    Un aveu bien difficile: l'Ukraine reconnait acheter du charbon russe
    Première livraison de charbon américain en Ukraine
    Trump veut livrer des «millions de tonnes» de charbon en Ukraine
    Tags:
    écologie, Accord de Paris sur le climat, pollution, charbon, Sputnik, CoalSwarm, Liu Ying, Ted Nace, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik