Ecoutez Radio Sputnik
    Les travaux de construction du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique

    Poutine: le gazoduc Nord Stream 2 sera construit, assez de partenaires sont d'accord

    © Photo. Nord Stream 2
    Economie
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (110)
    7390

    Le projet de gazoduc Nord Stream 2 sera réalisé, assez de partenaires sont d'accord, il y a des choses plus importantes que les intrigues politiques, d'après Vladimir Poutine.

    La Russie construira le gazoduc Nord Stream 2, il y a assez de partenaires qui ont approuvé ce projet, a déclaré mercredi le Président russe Poutine lors d'une séance plénière du forum Semaine russe de l'énergie à Moscou.

    «Nos partenaires allemands ont déjà lancé les travaux de construction en mer, nous commençons aussi à réaliser le projet. Nous n'avons plus de problèmes concernant l'obtention d'autorisations. La Finlande a pris une décision favorable, tout comme la Suède, l'Allemagne et la Russie. Cela nous suffit, le projet sera réalisé», a indiqué M.Poutine.

    Selon lui, les livraisons de produits énergétiques en Europe sont plus importantes que les intrigues politiques.

    «Il y a des choses plus importantes que les intrigues politiques. Parlons par exemple des livraisons d'énergie en Allemagne. Ce pays a décidé de renoncer aux centrales nucléaires, mais elles représentent 34% du bilan énergétique total. Et comment peut-on combler ce vide?», a noté M.Poutine.

    Commentant la déclaration du PDG de Shell, Ben van Beurden, sur l'éventuelle sortie du groupe du projet Nord Stream 2 en cas d'adoption de sanctions, M.Poutine a estimé que la Russie pourrait poser le gazoduc seule.

    «Nous comprenons très bien la situation. Nous réalisons ce projet par nos propres forces et nous n'avons pas de problèmes. Et il n'y en aura pas, même s'ils surgissent, nous allons tous les régler», a ajouté le Président russe.

    Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux conduites de gazoducs d'une capacité totale de 55 milliards de m3 de gaz par an, qui relieront le littoral russe à l'Allemagne sous la mer Baltique. Les deux conduites doivent être mises en service d'ici 2019, date d'expiration de l'accord russo-ukrainien sur le transit de gaz vers l'Europe.

    Le tracé du nouveau pipeline long de 1.200 km passe à côté du gazoduc Nord Stream, déjà en service, et traverse les zones économiques exclusives des pays riverains de la mer Baltique: Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne. Seul le Danemark n'a pas encore donné son feu vert à la pose du gazoduc.

    Le projet a un coût estimé à près de 10 milliards d'euros. Les partenaires du groupe russe Gazprom dans le projet sont Engie, OMV, Shell et deux sociétés allemandes, BASF et Uniper.

    Les États-Unis réclament que les pays européens se retirent du projet et menacent d'adopter des sanctions contre ceux qui ne le font pas. Ils entendent remplacer le gaz russe par leur gaz naturel liquéfié qu'ils entendent vendre en construisant des terminaux méthaniers en Europe.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (110)

    Lire aussi:

    Nord Stream 2: le PDG rompt le silence sur son financement
    Poutine sur Nord Stream 2: il serait dommage que l’UE échoue à défendre ses intérêts
    Stoltenberg à Trump: ce n’est pas à l’Otan de décider du sort de Nord Stream
    Tags:
    Royal Dutch Shell, sanctions antirusses, gazoduc, Nord Stream 2, Vladimir Poutine, Suède, mer Baltique, Finlande, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik