Ecoutez Radio Sputnik
    Hacker

    Les Français, victimes par excellence des crypto-escrocs?

    CC0 / pixabay/ AaronJOlson
    Economie
    URL courte
    529

    Au moins 700 Français ont déjà été piégés par des arnaques aux faux bitcoin pour un préjudice financier de 31 million d’euros, d’après l’Autorité des marchés financiers (AMF).

    Selon l'Autorité des marchés financiers (AMF), 31 millions d'euros ont déjà été dérobés à plus de 700 épargnants français depuis le début de l'année, relate Le Parisien.

    Les arnaqueurs optent toujours pour le même schéma, à savoir attirer leur victime à renseigner nom et numéro de téléphone via des publicités pour investir dans le Bitcoin, puis les rappeler en promettant des investissements fabuleux liés aux cryptomonnaies, explique le site Cryptonaute.

    Ainsi, les escrocs tentent de soutirer un maximum d'argent à leur victime, qui ne se doute de rien, en inventant toutes sortes de fausses opportunités d'investissement.

    «Le Bitcoin est très complexe à appréhender, très technique. Les épargnants ne comprennent pas forcément ce qui se passe mais se disent simplement: cette fois, je ne laisse pas passer la bonne occasion de gagner de l'argent», indique Hélène Féron-Poloni, avocate spécialiste des questions de patrimoine.

    «C'est un fléau, nous avons repéré plus de 200 sites internet frauduleux», poursuit Brian O'Hagan, directeur marketing de Coinhouse (anciennement la Maison du Bitcoin).

    Et de conclure: «En Belgique, le gouvernement table déjà sur une fraude dépassant les 100 millions d'euros! Alors, en France, un pays comptant cinq fois plus d'habitants, on peut craindre que cela cause plusieurs centaines de millions d'euros de dégâts.»

    La valeur de marché des actifs numériques échangeables comme les cryptomonnaies et tokens est tombée à 200 milliards de dollars (172 milliards d'euros) en août après un pic à plus de 800 milliards de dollars en janvier. Le bitcoin a cédé environ 60% de sa valeur contre le dollar depuis le début de cette année.

    Le développement potentiel des plates-formes d'échange de cryptomonnaies en Europe et l'intérêt pour les ICOs (Initial coin offering) au sein de l'Union européenne, qui représente 30% du marché mondial en termes de projets financés par ce biais, poussent les régulateurs à y regarder de plus près.

    Lire aussi:

    «Je me sens beaucoup plus tranquille en possédant des Bitcoins qu’en possédant des euros»
    Pourquoi le marché des bitcoins va bientôt se rétablir
    Les montagnes russes du Bitcoin: à quoi le crypto-univers doit-il s’attendre en 2018?
    Tags:
    cryptomonnaie, bitcoin, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik