Economie
URL courte
281175
S'abonner

Un fort recul de l'indice Dow Jones, qui a enregistré mercredi sa pire séance depuis février dernier, a eu des répercussions sur les marchés européens et asiatiques.

Après un mercredi noir à Wall Street, un vent de panique a gagné les places boursières mondiales. Après la baisse de plus de 2% la veille, la Bourse de Paris encaisse un recul de 1,50%, alors que Londres plonge de 1,35% et Francfort de 1,31%.

En Asie, la Bourse de Hong Kong a clôturé jeudi en baisse de 3,54%, Tokyo a perdu 3,89%, tandis que Shanghai a plongé de plus de 5% et la bourse de Shenzhen de 6,45%.

Au cours de sa pire séance depuis février dernier, l'indice Dow Jones Industrial Average avait chuté de 3,15%. Le NASDAQ a pour sa part enregistré son plus fort recul depuis plus de deux ans, perdant 4,08%, alors que l'indice S&P 500 a perdu 3,29%.

Les analystes expliquent la dégringolade par la poursuite de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ainsi que par l'inquiétude des investisseurs vis-à-vis de la remontée des taux d'intérêt par la Fed. Les bons du Trésor américain d'une durée de 10 ans rapportent désormais un taux d'intérêt de 3,23 %, le plus haut niveau depuis 2011.

En réaction, le Président Donald Trump s'en est pris à la politique de resserrement monétaire de la Banque centrale américaine, l'accusant d'«être devenue dingue».

La directrice du FMI Christine Lagarde a pour sa part pris la défense de la Fed en soulignant que de tels relèvements de taux étaient «un développement nécessaire» et «inévitable» pour les économies enregistrant une croissance robuste.

Lire aussi:

Un confinement préventif avant Noël est-il envisagé? Olivier Véran répond
La vidéo de la «destruction de chars» azerbaïdjanais partagée en ligne par la Défense arménienne
La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
guerre commerciale, taux d'intérêt, bourse, NASDAQ, Réserve fédérale américaine (Fed), Wall Street, Christine Lagarde, Donald Trump, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook