Ecoutez Radio Sputnik
    Un champ de blé

    Blé russe pour l’Algérie: la Russie est-elle prête à «jouer des coudes» face à la France?

    © Sputnik . Igor Podgorny
    Economie
    URL courte
    15592

    L’Algérie dira-t-elle adieu au blé français? C’est la crainte des exportateurs français car Alger songerait à ouvrir son marché à la Russie. Bien que la France ait assuré sa position, les Algériens regardent «avec appétit» le blé russe, qui «est moins cher et de meilleure qualité», a déclaré à Sputnik le président de l'Union céréalière russe.

    Début 2019, la France enverra une délégation en Algérie pour discuter des livraisons de blé dans le pays africain, a annoncé Reuters en citant un fonctionnaire du gouvernement français. Cette décision suit de peu l'annonce de l'intention des autorités algériennes d'ouvrir le marché national du blé tendre à la Russie.

    Faut-il craindre une réponse de la France? Selon le président de l'Union céréalière russe, Arkadi Zlotchevski, la situation n'est pas encore claire:

    «En général, la France a assuré sa position sur le marché algérien, mais c'est également liée aux traditions françaises en Algérie. Ils offrent des instruments financiers pour la réalisation de diverses opérations, telles que des délais de paiement allant jusqu'à un an, que nous ne pouvons fournir. Mais dans le même temps, notre blé est moins cher, de meilleure qualité que le français. Et les Algériens le regardent avec appétit. C'est-à-dire qu'ils sont prêts à examiner ces questions», a estimé le président de l'Union.

    Si la Russie crée des conditions concurrentielles pour le marché algérien, elle «bougera les Français du marché algérien», a noté le responsable. Les producteurs français ont déjà été confrontés aux Russes à plusieurs reprises sur différents marchés, mais pour l'instant «rien de mortel, cela ne détruit pas complètement leur offre», poursuit M.Zlotchevski, avant d'ajouter: «Sur certains marchés, (…) nous jouons des coudes pour viser des créneaux plus prestigieux.»

    Il est peu probable que la France prenne des mesures officielles pour empêcher la Russie d'approvisionner l'Algérie en blé, a souligné le directeur général de l'Institut d'études de marché agricole, Dmitry Rylko, soulignant que l'Algérie «est un pays souverain».

    Selon les deux experts, la Russie pourra également fournir à l'Algérie du riz, du maïs, de l'orge, mais le blé restera la base des importations céréalières russes.

    Début 2019, la France enverra une délégation en Algérie pour discuter des livraisons de blé dans ce pays africain, sur fond de préoccupations causées par l'intention des autorités algériennes d'ouvrir le marché national du blé tendre à la Russie. L'Algérie, qui a déjà importé du blé russe en 2017, envisage de s'approvisionner totalement en Russie. Un accord ad hoc devrait être signé si les tests sanitaires en cours sont concluants.

    L'Algérie est extrêmement intéressée par l'importation de blé russe, a indiqué dans un communiqué Rosselkhoznadzor, la direction de surveillance du ministère russe de l'Agriculture, en affirmant que les autorités d'Alger prendraient leur décision incessamment sous peu, après l'analyse d'une cargaison d'essai.

    Lire aussi:

    Blé russe pour l'Algérie: la France préparerait sa réponse
    Alger lève le voile sur les négociations avec la Russie relatives à l’importation de blé
    Le Mexique opte pour le blé russe. Pourquoi?
    Tags:
    livraisons, blé, importations, Algérie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik