Economie
URL courte
6153
S'abonner

Les tensions engendrées par la disparition du journaliste Jamal Khashoggi influencent le marché pétrolier. Ainsi, mardi soir le prix du Brent a progressé de 0,51%.

Ce mardi, les prix du pétrole grimpent et ce sur fond d’inquiétudes des investisseurs au sujet d’une éventuelle détérioration des relations entre l’Arabie saoudite et les États-Unis, selon les données des marchés.

À 18h52 (heure de Paris), les contrats à terme pour livraison en décembre pour le pétrole Brent avaient progressé de 0,51%, atteignant 81,19 dollars le baril. Quant aux contrats à terme pour livraison en novembre pour l'or noir WTI, leur prix avait augmenté de 0,14%, pour atteindre 71,88 dollars le baril.

Cela est en effet la réaction des investisseurs aux tensions dans les relations entre Riyad et Washington engendrées par la disparition de l’observateur du journal américain The Washington Post Jamal Khashoggi, disparu le 2 octobre en Turquie après être entré au siège du consulat saoudien à Istanbul. Les États-Unis menacent d’imposer des sanctions au royaume si la version de son assassinat se confirme. Dimanche, Riyad a menacé d’opposer des représailles encore plus sévères aux sanctions.

«À notre avis, ce thème [des éventuelles sanctions contre l’Arabie saoudite, ndlr] est très important pour le marché pétrolier et si la situation se chauffe, les prix du brut peuvent augmenter d’une manière considérable», indique l’analyste Mikhaïl Chaïbe dans sa revue mise à la disposition de Sputnik.

Il indique que le fait que les deux pays aient entamé un dialogue au sujet du journaliste disparu peut provisoirement calmer les acteurs du marché pétrolier. Toutefois, les investisseurs continuent à suivre la situation.

Lire aussi:

Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
«Ce qui s’est passé en Algérie est pire que la Shoah»: un historien algérien réagit aux déclarations de Macron
Tags:
marchés, prix, pétrole, tensions, WTI (light sweed crude), Brent, États-Unis, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik