Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    Le Financial Times explique pourquoi les sanctions antirusses ont échoué

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Economie
    URL courte
    8412

    Bien que les sanctions occidentales aient eu pour but d’isoler la Russie, les tentatives de leurs créateurs ont échoué car la Russie continue de vendre avec succès des armes et renforce ses alliances au niveau international, explique un article du Financial Times.

    Alors que les mesures restrictives introduites par des pays occidentaux avaient pour but d'isoler la Russie, cet effet escompté n'a pas eu lieu contrairement aux attentes, constate un article du quotidien économique et financier britannique Financial Times.

    Ainsi, toutes les tentatives de mettre Moscou à l'écart «ont échoué» et les sanctions «n'ont pas atteint leur objectif», indique le média.

    En guise d'exemple, le Financial Times cite notamment la vente de systèmes de missiles anti-aérien russes S-400 Triumph à l'Inde et à la Chine.

    Qui plus est, «des liens d'amitié étroits avec la Chine ont donné à Moscou un accès à la finance internationale, à de nouvelles opportunités commerciales et à un poids diplomatique accru», poursuit l'auteur de l'article.

    Le Financial Times attire également l'attention sur le renforcement des liens de la Russie «avec de nombreux pays du Moyen-Orient, de la Turquie à Israël, de l'Arabie saoudite à l'Iran», ainsi que sur l'expansion de l'influence de Moscou dans la région dans le contexte des fluctuations constantes de Washington.

    En même temps, le flux continu de dirigeants européens «se rendant au Kremlin, les investissements directs étrangers d'entreprises et la demande persistante en pétrole et en gaz russes sont en contradiction avec la rhétorique belliqueuse de Bruxelles», souligne le quotidien.

    «Il est impossible d'isoler un pays aussi grand et aussi important que la Russie», a souligné un directeur exécutif d'une grande société énergétique internationale.

    Parallèlement, des diplomates occidentaux à Moscou «admettent officieusement que les sanctions n'ont pas mené» au résultat souhaité, conclut le média.

    Les Etats-Unis, l'Union européenne et leurs partenaires ne reconnaissent pas l'adhésion de la Crimée à la Fédération de Russie et ont adopté des sanctions contre Moscou et plusieurs sociétés publiques et privées russes. Cependant, des voix de plus en plus nombreuses en Union européenne critiquent la politique des sanctions et appellent à leur levée.

    Ces sept dernières années, la Russie a été sanctionnée 62 fois par les États-Unis, un chiffre dévoilé par diplomatie russe. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, cette situation est déjà devenue banale, la Russie étant habituée à ce «spectacle».   

    Lire aussi:

    L'UE pourrait limiter l'accès des USA à ses crédits en réponse aux sanctions antirusses
    Les USA auraient peur que la Russie aide l’Iran à contourner les sanctions pétrolières
    Autriche: les USA défendent leurs intérêts économiques grâce aux sanctions antirusses
    Tags:
    ventes d'armes, sanctions, Royaume-Uni, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik