Economie
URL courte
9632
S'abonner

Sur fond de baisse continue des prix du pétrole, la Russie est revenue au marché d'emprunts financiers pour émettre des euro-obligations pour un montant total d'un milliard d'euros.

Après une pause de cinq ans, la Russie a pris la décision d'emprunter de nouveau en euros. Le ministère des Finances a annoncé avoir placé pour un milliard d'euros d'euro-obligations à sept ans au taux de 3%.

La Russie revient ainsi au marché d'emprunts financiers pour la première fois depuis l'imposition des sanctions américaines en avril 2018. Or, son dernier placement d'obligations en euros date de 2013, après quoi la Russie n'a fait d'emprunts qu'en dollars américains.

Pourtant, dans le cadre de la politique de dédollarisation de l'économie nationale défendue par le gouvernement, l'actuelle émission d'euro-obligations semble bien logique. Cette démarche pourrait également être interprétée comme un moyen de se protéger face aux éventuelles sanctions américaines attendues pour le printemps prochain.

L'émission intervient notamment sur fond de baisse des prix du pétrole qui viennent de plonger au-dessous des 60 dollars le baril. Bien que les dépenses budgétaires russes soient calculées pour un prix de 40 dollars le baril, il semble naturel pour le ministère russe des Finances de préparer une sorte de coussin gonflable.

À l'heure actuelle, la dette extérieure russe se chiffre à moins de 10% du PIB national, alors que de nombreux pays développés ont des dettes dépassant 100% de leur PIB.

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Attentat de Conflans: les auteurs de 80 messages d'hommage à l'assaillant contrôlés dès lundi
Tags:
dédollarisation, emprunts, dette, PIB, pétrole, sanctions, euro-obligations, euro, dollar US, ministère russe des Finances, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook