Economie
URL courte
5360
S'abonner

La deuxième étape du pipeline Turkish Stream a été enclenchée. C’est elle qui passera via la Turquie pour atteindre l’Europe. Le premier tronçon sous-marin, qui joint la Russie à la Turquie, avait été achevé en novembre 2018.

Ankara a entamé la construction de la partie terrestre du gazoduc Turkish Stream sur son territoire, a rapporté l'agence de presse Anadolu, citant le président turc, Recep Tayyip Erdogan. L'annonce a eu lieu lorsque le président a dévoilé les plans d'action du gouvernement pour les 100 jours à venir.

«Nous commençons la construction de la partie terrestre du Turkish Stream sur notre territoire», a déclaré M.Erdogan.

Le projet devrait être achevé d'ici la fin 2019, a précisé le Président.

La partie maritime du Turkish Stream, qui a relié les systèmes énergétiques russe et turc, a été achevée par la Russie le 19 novembre 2018. La seconde partie reliera la Turquie aux pays du sud et du sud-est de l'Europe et servira à transporter du gaz russe à destination de l'Union européenne.

Une fois achevé, le gazoduc sera en mesure d'acheminer vers l'Europe 31,5 milliards de mètres cubes de gaz par an. Il cible les marchés de l'énergie de Grèce, d'Italie, de Bulgarie, de Hongrie et de Serbie.

Annoncé en décembre 2014, le Turkish Stream devrait compenser l'abandon surprise du South Stream, un précédent projet de gazoduc devant alimenter le sud de l'Europe en passant sous la mer Noire et en contournant l'Ukraine. La Russie l'avait arrêté en raison du blocage de la Commission européenne.

La mise en service du Turkish Stream était initialement prévue pour décembre 2016, mais le projet a été interrompu en octobre 2015, en raison d'une crise diplomatique de plusieurs mois entre Ankara et Moscou. Il a finalement été réactivé en septembre 2016.

Lire aussi:

Les talibans annoncent un nouveau crash, cette fois d'un hélicoptère, dans le sud-est de l'Afghanistan
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
«Ce qui s’est passé en Algérie est pire que la Shoah»: un historien algérien réagit aux déclarations de Macron
Tags:
énergie, pipeline, gazoduc, gaz, Turkish Stream, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik