Economie
URL courte
1622
S'abonner

Les prix de l'or noir grimpaient lundi, boostés par les signaux encourageants pour la croissance mondiale en provenance de Chine et des États-Unis.

Les cours du pétrole ont entamé la semaine dans le vert, permettant enfin au brut d'effacer la majeure partie des pertes accumulées lors des dernières semaines de 2018.

Pétrole
© AP Photo / Hasan Jamali
Après des hausses de 3,7% lundi dernier, puis de 1,1% mercredi, 1,7% jeudi et 3,4% vendredi, le baril de Brent pour livraison en mars s'est de nouveau adjugé 1,9% à 58,5 dollars vers 11h GMT.

Depuis son récent plus bas à 50,36 dollars enregistré le 24 décembre 2018, le brut européen regagne 16,2%, bien qu'il reste loin de ses plus hauts niveaux atteints début octobre dernier.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de WTI pour le contrat de février gagnait pour sa part 1,29 dollar à 49,25 dollars.

Selon les analystes, le marché pétrolier reprend peu à peu goût pour les actifs à risque, étant rassuré par les négociations en cours entre Pékin et Washington qui cherchent à mettre fin à leur guerre commerciale.

Le pétrole profite également des bons chiffres de l'emploi aux États-Unis, où 312.000 emplois ont été créés en décembre, témoignant de la bonne santé de l'économie américaine.

Lire aussi:

Le Kremlin réagit après les piques de Kadyrov contre Macron
La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Armés de marteaux et de couteaux, des militants turcs et arméniens s’affrontent sur l'A7 - images
Didier Raoult face à David Pujadas: «Vous êtes le seul à me prendre pour un imbécile»
Tags:
emploi, guerre commerciale, bourse, pétrole, Brent, WTI (light sweed crude), Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook