Ecoutez Radio Sputnik
    Airbus

    Cet avion canadien pourrait se transformer en franc succès pour Airbus

    © REUTERS / Regis Duvignau
    Economie
    URL courte
    1132
    S'abonner

    Racheté au canadien Bombardier, l'ex-C-Series rebaptisé A220 est désormais considéré comme un avion régional qui dominera le marché au cours des prochaines années.

    Airbus vise une réduction «conséquente à deux chiffres» des coûts du programme de l'A220 et accroît ses capacités de production sur le sol canadien et états-unien, selon les responsables du groupe cités par les agences occidentales.

    Ayant bouclé le rachat du programme C-Series au canadien Bombardier, qui n'avait plus les moyens de soutenir seul cet avion, Airbus a apporté son savoir-faire et son expérience pour assurer l'avenir du programme, et les résultats ne se sont pas fait attendre, constatent les médias.

    Le C-Series est officiellement devenu l'Airbus A220 avec deux versions au catalogue: le —100 avec 100 sièges et le —300 avec 150 places. Petit frère de la gamme Airbus, l'A220 possède une autonomie avec 5.920 km de distance franchissable et affiche une consommation 20% inférieure grâce à des nouveaux moteurs Pratt & Whitney et 40% de matériaux avancés.

    Emirates Airlines
    © AFP 2019 LAURENT FIEVET
    Suite au rachat du programme par l'avionneur européen, l'usine de Mirabel au Canada qui produisait 17 appareils en 2017 en a fabriqué 33 l'an dernier. Selon La Dépêche, Bombardier envisage désormais d'octroyer 30 millions de dollars d'investissement pour le site canadien pour y ajouter en 2019 deux nouveaux bâtiments, à savoir un centre de livraison destiné aux compagnies clientes ainsi qu'un bâtiment pour les tests et la mise en vol.

    Airbus a notamment mis à la disposition de l'A220 son réseau de support technique qui compte 62 sites dans le monde. Selon un cadre d'Airbus cité par La Dépêche, les fournisseurs «ont vu que l'avion avait un avenir et ont investi pour livrer leurs pièces à l'heure et en qualité».

    Début janvier, deux compagnies low cost Moxy et JetBlue ont commandé 120 exemplaires d'A220. Au total en 2018, l'avion a engrangé 135 ventes. Pour le moment, le carnet de commandes atteint 537 appareils à livrer pour 19 compagnies aériennes, dont Delta Airlines, Air Canada, Korean Air ou encore Air Tanzania.

    L'A220 détient actuellement 66% de part de marché face à son rival brésilien Embraer récemment racheté par Boeing. Pour les 20 prochaines années, le marché est estimé à 7.000 avions, et Airbus compte en être le leader. Le groupe envisage en plus de poser une autre brique de sa stratégie nord-américaine en construisant une nouvelle usine à Mobile, dans l'Alabama, pour assembler l'A220 à côté de sa ligne d'assemblage d'A320 lancée en 2015.

    Le nouveau site, qui nécessite 300 millions de dollars d'investissements partagés entre Bombardier, l'État de l'Alabama et Airbus, doit ouvrir en 2020 pour produire à terme quatre avions par mois. Les analystes soulignent qu'un avion Made in America doit devenir un autre atout pour Airbus face à Embraer sur le marché états-unien.

    Tags:
    Delta Air Lines, investissements, compagnie aérienne, construction, assemblage, avions de ligne, Embraer 190, Airbus A220, Pratt&Whitney, Boeing, Korean Air (KAL), Air Canada, Bombardier, Airbus Group, Alabama, États-Unis, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik