Ecoutez Radio Sputnik
    GNL, Chine

    La Chine préférera-t-elle le pétrole des États-Unis à celui de la Russie?

    © Sputnik . Evgeny Odinokov
    Economie
    URL courte
    10416

    Le ralentissement de l’économie chinoise fait baisser les cours mondiaux du pétrole et les analystes prévoient la diminution progressive de la consommation d’hydrocarbures en Chine. Washington presse Pékin d’en acheter davantage aux États-Unis. Un analyste chinois a parlé à Sputnik des perspectives de coopération énergétique russo-chinoise.

    Lors des négociations commerciales sino-américaines, la Chine a dû s'engager à réduire d'un milliard de dollars le déséquilibre de sa balance commerciale avec les États-Unis, ce qui signifie que dans les années à venir, Pékin devra augmenter en flèche ses importations d'hydrocarbures américains, constatent les observateurs.

    Malgré le ralentissement de son économie, la Chine restera l'un des plus gros consommateurs d'hydrocarbures dans le monde et ne pourra par conséquent pas se passer du pétrole et du gaz russes, a déclaré à Sputnik Chen Fengying, du Centre de recherches économiques globales à l'Institut chinois des relations internationales contemporaines.

    «La demande de la Chine en pétrole et gaz russes ne changera pas beaucoup, la coopération énergétique sino-russe étant fixée par des accords à long terme […]. En perspective, les possibilités intérieures de la Chine en matière d'extraction d'hydrocarbures vont s'épuiser, alors que sur le marché mondial, il n'y a que les États-Unis, l'Arabie saoudite et la Russie comme gros producteurs», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Et de souligner que la demande chinoise en hydrocarbures resterait stable.

    «Certes, à l'issue des négociations commerciales [avec les États-Unis, ndlr], la Chine a promis d'acheter davantage d'hydrocarbures américains. Cela exercera un certain impact sur ses achats de pétrole et de gaz à d'autres pays producteurs, mais cet impact ne sera pas considérable […], et cela ne se répercutera pas sur la coopération énergétique de la Chine avec la Russie», a estimé l'expert.

    Et de souligner une fois de plus que Moscou et Pékin signaient des contrats à long terme, et que des changements momentanés de la conjoncture de marché seraient sans conséquences sur les volumes d'achats prévus auparavant.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    perspective, consommation, marché, producteur, achat, importations, exportations, pétrole, gaz, hydrocarbures, Sputnik, Institut chinois des relations internationales contemporaines, Chen Fengying, Arabie Saoudite, Moscou, Russie, Washington, États-Unis, Pékin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik