Economie
URL courte
5232
S'abonner

Moins d’un an après les y avoir portés, le département américain du Trésor a rayé de sa liste de sociétés ciblées par des sanctions l’entreprise russe Rusal -l'un des premiers producteurs mondiaux d'aluminium-, sa société mère En+ et EuroSibEnergo. Les titres des entreprises se sont immédiatement envolés.

L'administration américaine a levé dimanche les sanctions qui visaient Rusal, sa maison mère En+ et le groupe d'énergie EuroSibEnergo, liés à l'homme d'affaires russe Oleg Deripaska.

Le Bureau de contrôle des actifs étrangers (OFAC) du département américain du Trésor avait informé le Congrès, à la mi-décembre, de son intention de mettre fin à ces sanctions imposées en avril 2018.

L'instance indique que «conformément aux conditions de la levée des sanctions», les sociétés ont réduit les parts d'Oleg Deripaska et ont «strictement limité son contrôle» des entreprises. Les restrictions visant l'homme d'affaires sont restées en vigueur, alors qu'il ne détient plus que 44,95% des actions.

«Ces démarches garantissent que la majorité des responsables au sein des conseils d'administrations de En+ et de Rusal seront indépendants — dont des acteurs américains et européens qui n'entretiennent ni liens familiaux, ni d'affaires avec Deripaska ou toute autre personne sanctionnée — et que des acteurs indépendants américains détiennent un part considérable des actions votantes de En+», précise l'OFAC, dans un communiqué.

Rusal, hors Chine, est le premier producteur mondial d'aluminium. Les sanctions qui lui avaient été imposées ont eu pour effet de doper les exportations chinoises d'aluminium, selon Reuters. Leur levée a entraîné une envolé des titres de Rusal sur la bourse de Hong Kong, leur valeurs ayant augmenté de 5%.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Pourquoi l’Iran ne réagit-il pas face aux attaques attribuées à Israël?
Tags:
aluminium, Rusal, Oleg Deripaska, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook