Ecoutez Radio Sputnik
    cybersécurité

    Davos: la blockchain, outil incontournable de la cybersécurité de demain?

    CC0 / TheDigitalArtist
    Economie
    URL courte
    Par
    338
    S'abonner

    La blockchain est-elle sur le point de révolutionner la cybersécurité? Grâce à sa réputation d’inviolabilité et de transparence, elle séduit de plus en plus. Alexander Ivanov, entrepreneur russe dans le domaine de la blockchain nous explique comment cette technologie pourrait révolutionner la cybersécurité à l’échelle mondiale.

    «Nous sommes au bord d'une nouvelle rupture technologique. En réalité, nous poussons la révolution Web 3.0, vers une nouvelle génération de technologies informatiques», déclare à Sputnik Alexander Ivanov, fondateur et directeur de Vostok Platform et Waves Platform, depuis la Maison de la Russie à Davos.

    Maison russe à Davos. Stanislav Kouznetsov
    © Photo. Vyatcheslav Viktorov
    Après l'effondrement de près de 80% de leur valeur en 2018, les cryptomonnaies n'étaient pas vraiment à l'honneur cette année dans la station grisonne. Pour autant, cela ne veut pas dire que la technologie blockchain dans son ensemble est tombée en désuétude, bien au contraire.

    Avec la menace globale que la cybercriminalité fait planer sur les systèmes informatiques et les données des entreprises du monde entier, nombre d'entre elles se tournent aujourd'hui vers les solutions proposées par de jeunes sociétés innovantes en matière de blockchain. Pour Alexander Ivanov, hors de question donc de rater ce rendez-vous annuel.

    «De nombreuses personnes s'intéressent à notre produit. Il s'agit à présent d'un réseau blockchain fermé pour entreprises- appelé Vostok- et de très nombreuses grandes entreprises souhaitent utiliser les technologies de Blockchain», explique-t-il.

    Preuve de cet engouement, le projet Vostok, basé sur l'écosystème Waves, est parvenu à boucler une levée de fonds de 120 millions de dollars en décembre. Des fonds qui doivent lui permettre de lancer sa propre plateforme ainsi que son intégrateur, à destination tant des entreprises que des acteurs institutionnels. Une somme conséquente, de prime abord, pour une start-up (la création de Vostok fut annoncée en avril 2018), mais qui n'est pourtant qu'un début:

    «Il y aura une seconde levée, qui sera annoncée plus tard […] la valorisation totale du projet sera donc de plus d'un milliard de dollars», précise à Sputnik Alexander Ivanov, qui ajoute que Vostok «est basé sur une blockchain publique appelée Waves, un projet international depuis le début.»

    En effet, la société a des bureaux à Londres, Amsterdam et Berlin et a déjà conclu des accords de coopération avec de grands groupes bancaires et industriels. «La blockchain est une technologie très générique et polyvalente qui peut être utilisée dans tous les domaines», insiste Alexander Ivanov.

    L'assurance, l'énergie, les médias, l'art sont autant de domaines que l'on retrouve aujourd'hui demandeurs de ce type de solutions offertes par la blockchain. Au-delà de son utilité pour sécuriser des transactions —un aspect longtemps mis en avant avec l'engouement pour les cryptomonnaies-, comme nous explique Alexander Ivanov «l'immuabilité et la transparence» que la blockchain «garantit» aux informations qui sont stockées avec ce procédé peut permettre à des entreprises ou des agences gouvernementales d'échanger des données sur des attaques informatiques et leurs auteurs. Un modèle d'échange, de sécurisation, d'informations qui peut être décliné pour tout type d'usage.

    Alexander Ivanov, à la Maison de la Russie du forum de Davos
    © Photo. Vyatcheslav Viktorov, Roscongress Foundation
    Alexander Ivanov, à la Maison de la Russie du forum de Davos

    «En matière de sécurité, cela peut être utile, car vous n'avez pas d'approche unifiée pour lutter contre la cybercriminalité, pour rassembler des fragments [d'information, ndlr] et permettre de créer un système holistique. Cela aidera vraiment à lutter contre la cybercriminalité.»

    Alexander Ivanov souligne ainsi que ses équipes collaborent notamment avec le département de la sécurité informatique de Sberbank. Un bataillon de 400 informaticiens, constamment formés en interne pour faire face à l'évolution des menaces venues du cyber et auxquelles la première banque russe- et les 30 millions de clients utilisant activement ses services en ligne- restent exposés.

    «Je pense que la prochaine étape dans l'évolution des systèmes de sécurité sera la décentralisation. Vous avez par exemple plusieurs grandes entreprises qui effectuent des échanges de données. Ils partagent, par exemple, les volumes de sécurité construits ou partagent les détails des attaquants», développe au micro de Sputnik Alexander Ivanov.

    Tubes de la piste expérimentale d'Hyperloop Transportation Technologies (HTT) à Toulouse
    © Photo. Hyperloop Transportation Technologies (HTT)
    «Il faut de nouvelles infrastructures afin d'être le plus efficace possible. Et ce n'est probablement pas au niveau des gouvernements, mais des entreprises privées que cela se fera. Elles ne font que créer des réseaux qui sécurisent, ensemble, leurs infrastructures informatiques», ajoute-t-il.

    En somme, comme un essaim, une entreprise du réseau victime d'une attaque informatique serait en mesure de partager les données de l'attaque pour permettre aux autres de s'en prémunir. «Ce n'est pas centré sur un créneau particulier, c'est très polyvalent», insiste le directeur de Vostok Platform et de Waves Platform.

    Tags:
    blockchain, cybersécurité, Forum économique mondial de Davos 2019, Roscongress foundation, Vostok Platform, Waves Platform, Alexander Ivanov, Suisse, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik