Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2 (Archivbild)

    Compromis sur le Nord Stream 2: Lavrov voudrait bien croire en la victoire du bon sens

    © Photo. Nord Stream 2 / Wolfram Scheible
    Economie
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (183)
    8116

    En abordant le compromis gazier avancé par Paris et Berlin, Sergueï Lavrov a déclaré qu’il voudrait bien croire en la victoire de ces derniers et du bon sens, mais a noté le fait que les amendements à la directive gazière européenne étaient des tentatives d’appliquer des décisions adoptées aujourd’hui aux projets lancés il y a des années.

    Évoquant le compromis sur les amendements à la directive gazière européenne, le chef de la diplomatie russe a déclaré qu’il voudrait bien croire en la victoire du bon sens.

    «On dit que c’est une grande victoire de l’Allemagne et de la France, une grande victoire du bon sens. Je voudrais y croire», a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

    Et d’ajouter que c’est en goûtant que l'on sait si c'est bon.

    «On verra par quoi tout ceci se terminera. À vrai dire, l’évolution de cette histoire suscite l’étonnement. Il y avait un projet que tous les participants ont qualifié de purement commercial, profitable pour le monde des affaires européen et assurant une sécurité européenne supplémentaire de l’Europe, y compris pour l’Allemagne et d’autres pays qui ont commencé à renoncer à l’énergie nucléaire et celle du charbon. Tout semblait marcher», a indiqué le ministre.

    Pratiquement toutes les objections contre ce projet étaient politiques. Un des arguments étaient l’augmentation de la dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Russie.

    «Le projet a été lancé quand la directive actuelle était en vigueur, quand la transparence juridique de ce projet ne suscitait aucun doute. Alors, un amendement spécial a été fait et adopté aujourd’hui, mais concerne ce projet lancé il y a deux ans. À mon avis, il n’est pas très correct d’agir ainsi», a ajouté le ministre.

    Et d’estimer que probablement il y avait des situations où un mauvais compromis était meilleur qu’une bonne dispute.

    Le Conseil de l'UE et le Parlement européen ont approuvé, le 12 février, des amendements à la directive gazière européenne qui concernent les parties maritimes des gazoducs des pays tiers, comme par exemple le Nord Stream 2. Selon le communiqué du Parlement européen, ces amendements ont pour but de s'assurer que les règles du marché gazier interne de l'UE soient appliquées aux gazoducs en provenance des pays tiers.

    Le 8 février, la France et l'Allemagne ont soumis à leurs partenaires de l'UE un compromis pour permettre l'adoption de nouvelles règles sur le transport du gaz, sans bloquer le projet de gazoduc Nord Stream 2. Il prévoit notamment que l'application des règles européennes pour les gazoducs avec des pays tiers, comme la Russie, incombe aux pays de l'UE où les installations sont reliées pour la première fois au réseau européen. Dans le cas du Nord Stream 2, ce sera l'Allemagne.

    Le projet Nord Stream 2 est réalisé par la société russe Gazprom, en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall. Le gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique devrait être mis en service d'ici fin 2019. Les États-Unis s'y opposent énergiquement.

    La Russie a déclaré plusieurs fois qu'il s'agissait d'un gazoduc absolument commercial et compétitif. Par ailleurs, Vladimir Poutine a souligné que l'élaboration du Nord Stream 2 ne signifiait pas pour autant l'arrêt du transit de gaz russe via l'Ukraine.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (183)
    Tags:
    raison, Conseil de l'UE, Parlement européen, Gazprom, Union européenne (UE), Sergueï Lavrov, Allemagne, France, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik