Ecoutez Radio Sputnik
    Giuseppe Conte

    Levée des sanctions antirusses: le Premier ministre italien révèle où en est Rome

    © Sputnik . Aleksei Vitvitsky
    Economie
    URL courte
    11772

    Le Premier ministre italien a déclaré que son gouvernement poursuivait son objectif de lever les sanctions antirusses introduites par l’UE. Il a jugé «essentiel» de maintenir le dialogue avec Moscou.

    Le gouvernement italien poursuit son objectif de lever les sanctions de l'Union européenne contre la Russie, a annoncé vendredi le Premier ministre Giuseppe Conte lors d'une conférence à Gênes.

    «Nous sommes en train de travailler afin de lever les sanctions contre la Russie. Pas demain matin, mais nous travaillons pour cet objectif», a-t-il précisé.

    Selon lui, cela permettrait d'«atténuer les tensions» et de «protéger les pays les plus exposés à l'influence russe».

    Le Premier ministre italien a réitéré qu'il était «essentiel» de maintenir le dialogue avec la Russie, laquelle est un partenaire commercial important pour son pays.

    «Le maintien du dialogue avec la Russie est essentiel et cela est devenu aussi nécessaire pour nous puisque nous avons des échanges commerciaux intensifs et comme d'autres pays qui défendent leurs intérêts, nous avons besoin de défendre nos intérêts économiques liés à nos intérêts nationaux», a-t-il ajouté.

    Après sa nomination au poste de chef du gouvernement italien le 31 mai, Giuseppe Conte a déclaré que Rome s'opposerait désormais aux sanctions antirusses. Cette position est soutenue par ses vices-Premiers ministres, Matteo Salvini et Luigi Di Maio.

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    sanctions antirusses, sanctions, Giuseppe Conte, Italie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik