Economie
URL courte
5416
S'abonner

La zone franc est un élément de stabilité pour ses États membres, mais il est toujours possible de l’améliorer, estime le ministre français de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire.

La France est ouverte à des initiatives d'«amélioration» de la zone franc CFA, mais il incombe à ses États membres de décider sur ce sujet, a déclaré jeudi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire en déplacement à Niamey, capitale du Niger, pour une réunion avec ses homologues de la zone franc et les gouverneurs des banques centrales.

«Dans le communiqué qui va être publié d'ici quelques heures, tous les États membres de la zone franc réaffirment leur attachement à cette zone. D'abord, c'est de la stabilité, c'est un moyen de lutter contre l'inflation», a souligné le ministre devant les journalistes.

Selon lui, la zone franc permet aux investisseurs «de venir plus facilement dans les États qui en sont membres». Dans le même temps, M.Le Maire a estimé qu'il était «bien sûr» possible de l'«améliorer».

«Est-ce que nous sommes ouverts à des améliorations? Bien sûr aussi, mais c'est aux États membres de décider», a insisté le responsable.

À l'heure actuelle, 14 pays africains, dont 12 anciennes colonies françaises, utilisent le franc CFA comme monnaie officielle. Sa valeur étant indexée sur l'euro, les économies africaines concernées restent dépendantes de la politique monétaire européenne.

En février dernier, le vice-président du Conseil italien Luigi di Maio a accusé Paris d'utiliser «le franc des colonies» afin de «financer sa dette publique».

Lire aussi:

Covid-19, en continu: la France n’est pas «encore au pic épidémique», prévient Véran
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif nie les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Covid-19: Boris Johnson transféré aux soins intensifs
Tags:
euro, monnaie, stabilité, inflation, réforme, Franc-CFA, Luigi di Maio, Bruno Le Maire, Afrique, France, Niger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook