Economie
URL courte
181
S'abonner

En raison de la vague de sécheresse de l’été dernier, la récolte 2018 de pommes de terre a été maigre et est déjà totalement épuisée en République tchèque. Aussi, dans les deux mois à venir, le pays devra-t-il en importer. Sputnik a discuté du problème avec Josef Kralicek, président de l'Association tchèque des producteurs de pommes de terre.

Le recours aux importations s'avère en règle générale nécessaire au printemps, quand la récolte de l'été précédent est épuisée, alors que le prix des pommes de terre importées est bien plus élevé au kilo, a indiqué à Sputnik Josef Kralicek, président de l'Association tchèque des producteurs de pommes de terre.

«Nous ne satisfaisons qu'à hauteur de 70% nos propres besoins en pommes de terre bien que la situation puisse varier d'une année à l'autre. Ainsi, la sécheresse de l'an passé a eu un fort impact sur la production de cet aliment de base de la cuisine tchèque, avec une récolte en baisse de 20% par rapport à la moyenne», a-t-il poursuivi.

Et d'ajouter que la mauvaise récolte de 2018 ne concernait d'ailleurs pas que la République tchèque.

«D'autres grands producteurs européens de pommes de terre comme l'Allemagne voisine, ou la France et les Pays-Bas, n'en ont plus non plus de grosses réserves», a admis M.Kralicek, reconnaissant toutefois que la Tchéquie devait importer des pommes de terre chaque printemps.

Selon lui, cela est dû, entre autres, à une pénurie d'entrepôts bien équipés et bien gérés.

«Nous manquons notamment de locaux à air conditionné pour que les pommes de terre qui y sont stockées gardent leur qualité jusqu'à la nouvelle récolte. Par conséquent, nos producteurs de pommes de terre écoulent toute leur récolte en automne, et nous devons recourir à des importations au printemps», a expliqué le responsable.

Si les producteurs commencent dès aujourd'hui à planter, il faudra attendre début mai pour revoir des pommes de terre nouvelles et locales dans les magasins du pays. D'ici là, les consommateurs devront se satisfaire de tubercules importés.

Annuellement, les Tchèques consomment en moyenne 70 kilos de pommes de terre qui restent une des bases de leur alimentation. Néanmoins, d'après les statistiques, la surface totale de champs de pommes de terre dans le pays a décru de 35 % entre 1990 et 2000. Les spécialistes l'expliquent par la nécessité de gros investissements pour cette culture.

Lire aussi:

Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Le nombre journalier de cas de Covid-19 en baisse en France mais toujours au-dessus de 10.000
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Tags:
importations, sécheresse, investissements, récolte, pomme de terre, Sputnik, Association tchèque des producteurs de pommes de terre, Josef Kralicek, pays baltes, France, Allemagne, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook